Autres - Perfect en mer... Baltique

- @oceansurfreport -
  Suéde,  Scandinavie (27/12/09) - Eté 2009. Tout est maintenant très calme ici. La foire annuelle estivale vient de se terminer. Son cortège de vendeurs ambulants, de manèges, de caravanes et de vielles voitures américaines des années 60 comme on les affectionne dans ce pays, sont repartis aussi vite qu'elle sont arrivées il y a de ça 3 jours. Les 200 âmes de ce village côtier scandinave ont repris leurs droits. Cette esplanade en hauteur dominant la mer Baltique et ce petit port de pêche sont maintenant libérés de leurs visiteurs. Cette mer, justement, elle est souvent très calme. Rare sont les jours d'été où les éléments se déchaînent. Pourtant ce soir un orage s'annonce. Le vent se lève. Soleil couchant en Suède Ayant une partie de mes racines ici, cela fait maintenant presque 30 ans que j'y viens quelques semaines par an. Les maisons multicolores, le petit port de pêche, les plages de sable blanc plus fin que la meilleure de nos plages landaises, les spécialités culinaires, sont une déconnexion complète à la vie sur la côte basque. La droite du port  Le surf ? On y pense plus trop et c'est pas vraiment le but du voyage. La mer Baltique est si fermée, que les seules possibilités de surf se résument souvent à des vagues de vent, molles et clapoteuses, sans véritable intérêt. En fait, c'est plus un grand lac qu'une mer : l'eau est à peine salée et les marées quasi inexistantes. Pourtant ça m'arrive parfois d'imaginer ce que pourrait donner ces plages, ces baies, ces avancées de pierres rondes et lisses, cette digue du port, lorsqu'une houle consistante et un vent offshore auraient l'heureuse idée de se rencontrer. Le vent se lève donc. L'orage gronde. La pluie arrive. Il est temps de se mettre à l'abri. Le lendemain matin : la mer moutonne sérieusement. Des vagues déferlent ça et là de manière désordonnée. Voilà, le constat est toujours le même : ici des vagues il y en a parfois mais presque toujours avec du vent de mer. Nous décidons d'aller en ville sous cette pluie battante et nous longeons la côte avec ces vagues toujours aussi incohérentes. Nous croisons une voiture avec sur son toit ce qui pourrait fortement ressembler à des planches surf. J'ai du rêver, ce devait être une planche à voile ou un livreur de portes... Puis une deuxième. Et une troisième. Demi tour ! Changement de programme, on ne va plus en ville et les courses attendrons ! C'est décidé on va les suivre ! Nous prenons donc en chasse ce break Volvo monté d'un longboard dernier cri, probablement une Surftech. 1m pic droite et gauche parfait sur la Baltique Nous roulons quelques kilomètres puis subitement virons à droite et nous nous enfonçons dans une petite route sinueuse mais qui prend la direction des plages. Mon intuition semble avoir été la bonne. Encore à droite , puis à gauche. Et nous voilà arrivé sur un petit parking ou probablement tout les surfer scaniens c'étaient donné rendez-vous. Au bas mot 6 voitures à « connotation surf » (planches encore sur le toit, housses vide dans l'habitacle, van ? ) et deux motivés sous la pluie qui wax leur planches en l'occurrence des thusters dignes de chasseurs de tubes landais. Je sors et cours, sous cette pluie et ce vent qui ne veulent toujours pas se calmer, pour découvrir Le spot. Les surfers scaniens sont bien là, dans l'eau, 4 ou 5, mais je suis quelque peu déçu le spot n'est pas miraculeux et les vagues ressemblent fortement à toutes celles que j'ai pu constater ce matin. Mais l'ambiance du lieu me plait : la forêt, les toutes petites maisons de bois des pécheurs, le chemin de bois et son petit escalier qui amène à cette minuscule plage. Nous retournons chez nous, dans notre village à quelques kilomètres de ce haut lieu ! L'après-midi : le vent tourne, il passe à l'ouest et le miracle a eut lieu. Le plan d'eau se lisse et les vagues restent. Des dizaines de vrais spots se révèlent. Les surfers croisés ce matin ne sont pas là. Ils ne viendront pas ici cet après ?midi. Et bien évidement je n'ai pas de planche. 5 spots différents se révèlent autour du port de pêche. Le village et le port de pêche Vagues creuses, 1m, plutôt longues, parfois rapides, droites, gauches, vagues de sable, point break sur cailloux, A-frame peak, rivermouth ? ces 3 kilomètres de côte se révèlent un condensé de tout types de vague existante sur Terre. Et comme prévu, pas un surfeur à l'horizon Et comme prévu je n'ai pas de planche ! 1er surf shop probablement à 200 km d'ici. Mais l'excitation de cette découverte et la beauté du spectacle offert pour un surfer est telle qu'elle compense presque cette frustration première. J'ai dis presque ? je crois que l'an prochain ma planche devra faire partie du voyage. Eau 18° et jolie gauche Qui a dit que l'eau était froide en Scandinavie ? En réalité, suivant la direction du vent, l'eau de la Baltique peut se réchauffer ou se refroidir en quelques jours avec une amplitude allant de 10 à 24 degrés en été. En ces jours de surf, l'eau était à 18 degrés comme l'indique ce relevé journalier. Conclusion : couplé à un air à 22 degrés il était donc possible de surfer en bord short des vagues parfaites en Suède, et seul ! Encore fallait-il avoir sa planche ? Photos et texte par Mikael Salmon.  Plus d'informations : Powered by Mitch
Mots clés : perfect, mer, baltique | Ce contenu a été lu 3873 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs