Autres - The Surfilm Festibal 2010 - Trophées décernés

- @oceansurfreport -
  Amstel Surfilm Festibal n°8 The Surf Film Contest Donostia, San Sebastian - Espagne Du 4 au 13 juin 2010 Donostia, San Sebastian - Espagne (20/06/10) - Le 13 Juin dernier, après une longue nuit de délibération, le jury ainsi que le public du Amstel Surfilm Festibal 2010 ont annoncé la liste des films récompensés cette année. Lors de cette huitième édition, qui s'est déroulée au Théâtre Principal de Saint Sébastien pendant près de six jours (du 4 au 13 juin), longs et courts métrages étaient à l'honneur, ainsi que leurs réalisateurs qui ont proposé des productions riches et variées à leurs spectateurs.  The Surfilm Festibal 2010 - Teaser    Lauréats 2010 décernés dans la catégorie "longs métrages" : Le prix du meilleur film présenté par Amstel à été attribué à Sea Of Darkness, qui repart ainsi avec un chèque de 6000 ?. Ce film retrace l'histoire de ces surfeurs-aventuriers hors-la-loi qui, au milieu des années 70, sont allés très loin pour financer leur rêve. A cette époque, Bali était encore sauvage et les vagues étaient tout aussi parfaites que maintenant pour leur plus grand plaisir. Certains d'entre eux sont passés du côté obscur de l'océan pour continuer à profiter de leur paradis. Leur addiction au surf les a amenés au trafic de drogue à grande échelle pour payer leurs surf trips et leurs surf camps à G-Land notamment. Certains surfeurs comme Mike Boyum, Jeff Chitty et Peter McCabe ont choisi la voie de la délinquance, d'autres comme Martin Daly sont restés dans le droit chemin. Les uns ont connu la cavale, la prison et la mort, les autres ont continué à vivre leur passion pour le surf légalement. Sea of Darkness - Teaser La mention spéciale du jury est attribuée à Rio Breaks: des bidonvilles, des gens, des vagues. Voila le mix typiquement ? carioca ? qui constitue la trame de ce film de surf brésilien atypique. Alors que l'on pourrait s'attendre à un énième film d'action, celui-là élargit un peu le genre en mettant en scène deux gamins des favelas, Fabio 13 ans, et Naama, 12 ans, dont la vie réelle contraste pas mal avec l'image que l'on se fait du surf sous les tropiques.   Rio Breaks - Teaser   La mention spéciale du public a été décernée à Modernist Basque Surfing. Modernist Basque Surfing - Teaser   Films récompensés dans la catégorie 'Court-métrage" : On retrouve le prix du meilleur court métrage pour Birthright, présenté par Amstel (récompense de 1500?). Dans son film, le réalisateur Sean Mullens raconte l'histoire de son ami Michael, paraplégique, qui réalise quotidiennement sa thérapie par le surf en ne comptant que sur lui-même. Ce film s'intitule « Birthright » car ce surfeur considère que lui aussi a le droit de surfer. Aller surfer en hiver requiert une longue préparation et n'est pas une sinécure, même pour un surfeur « valide ». Imaginez maintenant la même préparation si vous n'aviez plus l'usage de vos jambes? Ce court métrage raconte l'histoire d'un homme qui lutte pour se transcender.  Birthright - Teaser   Le choix du public pour le meilleur court métrage s'est tourné vers El Mar Mi Alma, présenté par Volkswagen.   El Mar Mil Alma - Teaser   Meilleur court métrage environnemental, Puri Deitzen Diote, présenté par Patagonia.   Puri Deitzen Diote - Teaser   Meilleur court-métrage en Basque présenté par Kutx : Mendekua (Revenge).   Mendekua   Meilleur court-métrage local présenté par Diaro Vasco : El Murero Común. El Murero Común   Meilleur court-métrage pornosurf présenté par Stab Magazine : Crudo y acevichado. Crudo y acevichado   Retrouvez toutes les infos sur le site du Surfilm Festibal 2010. Autre article publié sur surf-report.com : cliquez ici. Powered by Nico
Mots clés : the, surfilm, festibal, 2010, trophees, decernes | Ce contenu a été lu 1201 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 21/11/2022
À 17 ans à peine, la surfeuse canadienne apprivoise l'une des vagues les plus dangereuses de sa région.
Surf | Le 11/11/2022
Sous l'objectif de Jean-Charles Barthelet.