Business - WSL : vers un webcast payant

Etes-vous prêts à payer ?

- @oceansurfreport -

La WSL, ex ASP pour les retardataires, est en passe de changer radicalement son système de diffusion des webcasts. Le directeur de la WSL, Paul Speaker, avait promis que l’ASP serait restructurée en un système « centralisé d’un point de vue de la communication, du management et du sponsoring. » C’est ce qui a commencé à se mettre en place en 2014. Le prochain webcast du Quiksilver Pro à la fin du mois dévoilera surement les premières modifications. Ces bouleversements dans la structure du surf pro et dans sa diffusion live impliquent un financement important et pourra profiter aux fans, mais aussi vous coûter cher individuellement.

La WSL espère renouveler ses contrats avec les marques qui souhaitaient sortir du marché des compétitions de surf (comme Quiksilver et Billabong). Pour ce faire, le coût de la licence d’un event pro a été ramené de 3 à 1 million de dollars. Afin de légitimer le surf en tant que sport professionnel, les prize money vont être augmentés.

La dernière info nous parvient de ZoSea, qui cherche à améliorer son système de diffusion des lives. Malgré la critique récurrente d’ « américanisation » du webcast, la WSL a tout de même réussi à établir un certain standard de qualité et de professionnalisme à ce niveau. De nombreux journalistes de surf et commentateurs s’inquiètent du coût de toutes ces transformations, qui pourraient finalement toucher les spectateurs. Néanmoins ZoSea continue d’assurer qu’un système de paiement à la carte pour les webcasts ne sera pas mis en place, pas encore en tout cas : « Aujourd’hui ZoSea ne prévoit pas un tel système, nous pensons que ce serait un vrai frein pour beaucoup des spectateurs et internautes » a déclaré Speaker le site Australia’s Surfing Life.

L’ancien PDG de l’ASP Brodie Carr estime que toutes les modifications déclenchées par ZoSea coûteront 25 millions de dollars par an à l’entreprise. La compagnie espère donc en compensation attirer des annonceurs qui ne font pas encore partie du marché du surf.  

Le financement de la WSL repose également sur les dons du milliardaire Dirk Ziff, mais les poches de l’américain ne sont pas infinies. Si la WSL ne parvient pas à générer de profit ou à convaincre de nouveaux sponsors, il est probable que ceux qui sont concernés et inquiets de la survie du surf pro finiront par payer : en clair vous et moi.

De multiples spéculations ont circulé sur de probables échecs de partenariats, confrontant la WSL à un montant important de dettes dès sa première année. En Novembre 2014, Stab Magazine relatait le partenariat avorté entre Red Bull et la WSL, qui aurait fini par coûter 30 millions de dollars à la World Surf League.

Si la WSL est déjà dans le rouge, est-il encore possible pour elle de fournir des webcasts de qualité complètement gratuits ?

Pour Brodie Carr, on finira par arriver à un système où l’essentiel du webcast sera payant. Mais alors, à combien estimons-nous le prix du surf ? La manière dont nous consommons les contenus surf est en constante révision, et il est surement temps de s’interroger sur la valeur des contenus qui nous sont proposés. 

D'après un article de Gabe McCauley - Tracks Magazine

Mots clés : wsl, webcast, payant, live, surf, pro | Ce contenu a été lu 5850 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Longboard | Le 31/08/2019
À seulement 22 ans, la Réunionnaise s'empare du titre continental, le cinquième de sa carrière.
Surf | Le 30/08/2019
Antoine et Edouard Delpero, Justine Dupont et Zoé Grospiron ne sont pas en reste à Pantin !
Surf | Le 28/08/2019
À quelques heures de son quart-de-finale à Tahiti, la WSL dresse le portrait d'un personnage haut en couleur.