Environnement - Saint-Jean-de-Luz : Surfrider Europe et ''Rame pour ta Planète'' montent au créneau

Et affirment vivement leur position contre le projet de surf park.

- @oceansurfreport -
24 : c'est le nombre de raisons avancées par l'initiative citoyenne "Rame pour ta Planète",  l'association Surfrider Europe et son antenne locale Surfrider Côte Basque, pour s'opposer à la construction d'une piscine à vagues artificielles dans la zone de Jalday à Saint-Jean-de-Luz (Pays Basque). Sur le front depuis l'annonce via un collectif citoyen de ce projet porté par le groupe Boardriders, l'opposition composée d'associations, de surfeurs et de résidents basques hausse le ton. Sur une nouvelle plateforme de pétition contre le projet qui a déjà reçu plus de 1 000 signatures, le collectif Rame pour ta planète, en collaboration avec Surfrider, est monté au créneau et a de nouveau affirmé sa position.

"Nous ne soutenons aucun projet de vagues artificielles !"

Déjà sollicitée maintes et maintes fois pour exprimer son opinion en printemps dernier, d'une part par les collectifs citoyens et associations environnementales qui s'opposent à ces projets, d'autre part par les porteurs de projets de piscines à vagues pour des collaborations ou un soutien, l'antenne européenne de Surfrider avait décidé de répondre.

"Jusqu'à présent, les projets de vagues artificielles se situent en dehors de la zone d'intervention habituelle de l'association (le littoral et les espaces marins). Cependant, au vu des nombreuses sollicitations et incompréhensions, il semble important de publier notre positionnement sur ces piscines à vagues", introduisait l'ONG environnementale créée en 1990 dans un communiqué. Avant de dénoncer la construction de ces complexes aquatiques qui implique une artificialisation des sols, ainsi que leur fonctionnement qui induit une consommation d'eau importante et requiert une quantité d'énergie importante.

24 Reasons Why

"Dans le contexte actuel du changement climatique, il n'y a pas de place pour les projets de loisirs qui montrent une nette déconnexion avec les problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui ; surtout lorsque l'emplacement du site de sept hectares est si proche de l'océan et des vagues naturelles", affirme le collectif. Avant d'aborder les 24 raisons de s'opposer au projet de surf park de Saint-Jean-de-Luz. Des raisons parmi lesquelles reviennent l'épuration, le financement public ou encore la destruction de la biodiversité.

"La proposition de construire un complexe de piscines à vagues de sept hectares à Saint-Jean-de-Luz, en France, à seulement 1,5 km d'un littoral qui se targue de posséder des vagues de classe mondiale et une houle constante tout au long de l'année, constitue une menace pour l'environnement, la biodiversité et une grave utilisation abusive de précieuses ressources naturelles", poursuit l'initiative citoyenne.

Le soutien de certains surfeurs professionnels

Parmi les signataires de la pétition figurent de nombreux surfeurs de renom. Si d'un point de vue sportif, les piscines à vagues représentent un terrain de jeu intéressant pour améliorer sa technique, notamment grâce à la répétition de manoeuvres sur une vague modulable et renouvelable à intervalle régulier, certains s'y opposent vivement. À l'image d'Edouard Delpero, Vincent Duvignac, Justine MauvinDamien Castera ou encore Lee-Ann Curren. "Au nom de l'éthique du surf et du bon-sens éco citoyen, je refuse d'être associée à l'idée qu'une piscine à vagues est un projet utile à notre communauté", a affirmé Léa Brassy dans une tribune. À suivre...

Photo à la une : ©Jonas Jungblut / Red Bull Content Pool

 
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Environnement | Le 30/10/2020
Un phénomène qui serait lié à l'intensification des vents selon une étude récente.
Environnement | Le 29/10/2020
Et si votre homespot s'ajoutait à la liste ?