Voyages - Récit de voyage : Good Vibes for Sénégal

Zoë Zadouroff et Mathilde Hamdi ont souhaité partager des images et surtout un récit racontant un trip qui les a profondément marquées.

- @oceansurfreport -

De retour d'un voyage au SénégalZoë Zadouroff et Mathilde Hamdi ont souhaité partager des images et surtout un récit racontant cette expérience qui les a profondément marquées. Pendant trois semaines de voyage entre les spots de l'île de Ngor, Secret Almadies, Thoubab Dialaw, Yenne ou encore le Cap Skirring, les deux amies liées par le surf se sont laissées porter par les rencontres et leur passion commune. Récit de voyage.

>> Quelques chuchotements d'amis, des petits articles par-ci par-là, mais rien de plus nous prédestinait à tomber amoureuse du Sénégal. Nous avons décidé de ce voyage un peu par hasard, nos habitudes nous poussant plutôt vers l'Indonésie ou l'Amérique centrale. L'Afrique ? Nous n'y avions jamais réellement pensé, mais l'idée nous séduit de suite ! Mais bien sûr, partons surfer en Afrique !

Nous avons rapidement pensé à donner une autre dimension à ce voyage. Le surf est si facile d'accès pour nous : se procurer du matériel, surfer en toute liberté au quotidien, parcourir le monde à la recherche de spots sublimes. Nous oublions parfois que nous sommes privilégiés. On tombe facilement dans le travers du voyageur conquistador qui découvre les vagues d'un beau pays, sans même prêter attention à sa culture, et banalise ses privilèges.


 Pour nous, c'était évident, nous devions tenter de partager un peu de notre confort de vie durant ce voyage. L'idée était de réussir à apporter un soutien à la communauté de surfeurs locale en récoltant un maximum de matériel de surf. La Fédération Sénégalaise de Surf nous a rapidement orienté vers l'école TakeOff Ngor, gérée par Pape. Le club, basé aux Almadies face à la vague du Secret, propose des sessions de surf gratuites pour les jeunes du coin, plusieurs fois par semaine. Rires, partage, mélange des générations de surfeurs locaux,  garçons comme filles, ces cours sont de véritables moments de vie bienveillants.

Grâce au soutien et à la réactivité de nos super partenaires, nous réunissons très rapidement plus de 60kg de matériel : planches de surf, combinaisons neuves, dérives, leash, tee-shirts, lunettes, casquettes et une farandole de supers cadeaux ! Cet élan de dons est un présage très doux, notre petite démarche séduit et nos interlocuteurs se sentent concernés par cette envie de partage. Le packing n'est pas un jeu d'enfant, mais après un peu de persévérance, un ajout d'excédents bagages bien négocié, nous sommes prêtes à prendre la route.


Accueillies comme des princesses à l'aéroport de Dakar par Pape, l'aventure commence ! Tout en douceur sur la sublime île de Ngor, nous découvrons cette droite bien fun, en bikinis : les vacances sont bien là. Mais quelle claque nous prenons : dès la première journée, nous comprenons vite que le Sénégal n'est pas une destination surf comme les autres. Le smile, le partage, les rires et l'accueil nous déstabilisent véritablement les premiers jours.

Ils appellent ça le « Teranga » : terre d'accueil et de partage. Nous dégustons le thé, le coeur réchauffé, mais avec une petite amertume en arrière goût... Avons-nous loupé quelque chose dans notre éducation ? Pourquoi cette capacité d'accueil et de partage nous surprend-elle tant ?



La session de surf avec les jeunes de Pape se déroule le dimanche sur la plage de Ngor. Entre les bateaux qui font la navette jusqu'à l'ile, il y a des petites vagues de bords, idéales pour quelques poussettes de débutants. Le cours démarre très vite, une quinzaine de gamins arrivent de toutes parts, des moussus ou de vieilles shortboards sous le bras. Les deux groupes d'élèves se relaient dans l'eau, ils ont l'habitude. Les plus grands, déjà surfeurs, s'occupent de pousser les plus jeunes et de les guider.

Pape nous invite à venir participer à ce moment. Un peu maladroites, on a d'abord du mal à trouver notre place. Mais on se laisse très vite porter par cette incroyable vibe positive de sourires et de rires. Tout le monde a sa place et est le bienvenu.

Nous avons confié le soin à Pape de distribuer les planches et autres produits techniques à ses élèves, il nous invite à distribuer les cadeaux. Et là, c'est un bazar de bonheur ! Tee-shirt Italo Ferreira, badges, stickers, boardshorts, bobs, casquettes, lunettes, lycras, serviettes ... Les gamins se marrent et nous donnent encore plus le sourire avec leurs dégaines de petits pirates. 


 Ce moment nous a apporté bien plus de bonheur et d'humilité que nous le pensions. Cet instant de vie a été une leçon de partage et de simplicité : une solidarité spontanée, évidente, à travers la pratique et la transmission du surf. Mélange des générations, mutualisation des ressources, bienveillance et participation de tous, sans frontière ni jugement. 

Ça remet un peu les choses en perspective depuis notre vision de françaises confortables, le vivre ensemble est surement la clef alors ? Les locaux nous expliquent rapidement le sens du mot « Nio Far » : on est ensemble. Par lien du sang ou non, nous sommes frères et soeurs, partageons et faisons partie d'une unité. 



Notre voyage se poursuit avec autant d'intensité et d'émotion. Nous avons pris la direction du sud, vers Toubab Dialaw et la Casamance. Nous continuons à découvrir de superbes endroits et de très très jolies vagues. Le reste de la côte Sénégalaise nécessite d'avoir un swell plus sud que l'ile de Ngor, mais nous parvenons tout de même à surfer des petites droites parfaites et désertes. 

Nous avons encore eu la chance de faire la connaissance de personnes extraordinaires qui nous parlent de projets de surf club pour les locaux ou de surf handicap. Ces rencontres nous confirment le magnifique potentiel de mobilisation de la part des locaux pour le développement de leur pays. Et l'envie de repartir en exploration est encore plus forte de notre côté.



Nous rentrons en France heureuses, emplies de belles énergies et de très beaux souvenirs. Ce voyage confirme notre volonté de voyager différemment, encore plus ancrées dans les réalités des pays que nous visitons.



Merci à nos partenaires : Rip Curl, Quiksilver, Roxy, Billabong, SeventyOne Percent, l'École de l'Océan d'Anglet, Volcom, Eurosima, la Fédération Française de Surf, le Bibam Bar, la Fédération Sénégalaise de Surf et l'école TakeOff Ngor.

Une dédicace spéciale aux personnes que nous avons rencontré lors de ce voyage : Pape, Seirh, Arielle, Djibi, Akon, Mam, Jules, Asuka, Betty, Ida, l'équipe de la Diaspora, Mayuro, Cherif, Seru, Diaw... ]



   

Texte et photos © Zoë Zadouroff et Mathilde Hamdi. 
      
Mots clés : zoë zadouroff, mathilde hamdi, senegal, almadies, dakar, île de ngor | Ce contenu a été lu 3988 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 26/04/2021
''Le surf, ce n'est pas un truc de blancs ou de noirs. C'est partout. Pour tout le monde.''
Surf | Le 18/02/2021
Quand le surf devient un prétexte au voyage.