Voyages - Surf sur les grands lacs

10 ans déjà !

- @oceansurfreport -

La nouvelle chronique de notre contributeur Aurélien Bouche-Pillon nous emmène dans le grand froid des lacs au nord des Etats-Unis. Plongée dans le quotidien d'un surfeur américain :

" Il y a 10 ans, je surfais les rouleaux de l’Atlantique à Biarritz avec pour seul souci d'éviter parfois la foule en été. La houle y était consistante et les hivers relativement chauds, le café délicieux tout comme les verres de vin.

Je ne pensais jamais qu’un jour je deviendrais surfeur de lac. J’ignorais d’ailleurs l’existence-même de ces mers internes. Me voilà au bord du lac Ontario depuis 2006 et à ce jour j’ai surfé trois des grands lacs américains et canadiens. La vie est une vague géante à surfer avec passion. Les grand lacs sont surfés depuis les années 60 mais j’ai été le premier sur mon home spot, comme bon nombre d’autres que je surfe depuis dix ans auxquels j’ai donné des noms.

Les conditions hivernales sont épouvantables, indescriptibles. Le froid est si extrême que nous devons nous préparer mentalement la veille et surveiller la météo car les routes peuvent être très dangereuses. Les effets des lacs créent des tempêtes de neige sans aucune visibilité, une route de 20 minutes peut se transformer en 2 heures avec 4 saisons en quelques kilomètres. Surfer seul dans des vents de plus 60 km/h et des températures négatives de moins 25 avec de la glace dans l’eau est très risqué.

Le danger s’aborde grâce à une bonne hygiène de vie, une bonne alimentaire et bien sur des combinaisons très épaisses. Je surfe en 6/5 mm avec des gants et chaussons de 7 mm ou plus, je porte un masque et deux cagoules et de l'huile d’olive sur mon visage. Le froid est mortel, la glace glissante et dure comme un ennemi imparable. La conquête des éléments est une aventure spirituelle qui nous laisse en totale harmonie ave Mère nature.

Il faut savoir s'arrêter, un seul morceau de glace au line-up ou une crampe peuvent mettre fin à notre vie. Le son des vents violents, le calme du froid et la solitude au milieu des lacs est pour moi une victoire sur la vie. Lors de votre prochaine session pensez à moi si jamais vous trouvez qu’il fait froid ou que les vents sont trop forts.

Aloha depuis les grand lacs,et bonne année 2016 ! "

Aurelien Bouché-Pillon.

Mots clés : surf, grands lacs, froid, etats-unis | Ce contenu a été lu 6819 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 10/12/2019
"La mise à l'eau, c'était un moment magique et émouvant, une vraie réussite", Mégane Murgia
Ça surfe cette semaine ? | Le ...
Tour d'horizon des conditions de la semaine sur la façade atlantique.