WCT - Quiksilver Pro France

L'interview de Michel Bourez

- @oceansurfreport -

Le top 34 de l’ASP World Tour a rejoint les 18 meilleures surfeuses mondiales dans les Landes pour disputer le Quiksilver Pro France, 9ème étape du Samsung Galaxy ASP World Championship Tour 2014. Cette épreuve qui se déroulera du 25 septembre au 6 octobre au plus tard, lance la tournée européenne du circuit et marquera un tournant dans la course au titre de Champion du Monde.

Gabriel Medina (BRE), actuel n°1 mondial a déjà remporté 3 victoires cette saison (Gold Coast, Fiji et Tahiti) et se trouve en pole position pour décrocher la couronne mondiale 2014. A 20 ans, le prodige brésilien pourrait devenir le plus jeune Champion du Monde de Surf depuis Kelly Slater qui obtint son premier sacre en 1992 au même âge. Il deviendrait également le premier Brésilien à décrocher le titre suprême.

Lors de la conférence de presse à la Boardriders House de Capbreton, notre correspondant Romuald Pliquet a rencontré Michel Bourez pour une longue interview. Jeremy Flores s’est quant à lui confié sur son dernier coup de gueule qui lui avait valu une suspension.


Romuald Pliquet : Dans quel état d'esprit es-tu avant d'attaquer ?

Michel Bourez : Je me sens super bien, pas de pression, j'ai vraiment hâte de commencer !


Romuald Pliquet : Penses-tu toujours être dans la course au titre mondial ?

Michel Bourez : Oui absolument, tout est possible encore puisqu'il reste trois étapes. Il ne faut surtout pas lâcher et espérer avoir de bonnes conditions pour que je puisse exprimer mon surf ! Ici, les conditions sont très changeantes en fonction des bancs de sable alors il va falloir rester concentré sur les mouvements de l’océan, il faut que je reste concentré sur mon objectif ! Avec mon préparateur Yannick Beven je me prépare en faisant du Ju-jitsu, je suis désormais bien entouré et mon surf s'en ressent.


Romuald Pliquet : Le Team Hurley avec à sa tête Philippe Malvaux parait être une grande famille, c'est essentiel aussi pour une course vers le titre non ?

 

Michel Bourez : C'est sûr, ça fait la différence! Après c'est vrai qu'au sein du team nous sommes tous différents mais je m'entends bien avec tout le monde et en particulier Alejo Muniz. Philippe est vraiment la bonne personne, il nous a fait sentir que nous étions tous de la même famille, c'est vraiment indispensable ! Partout où nous allons, nous nous sentons du coup comme à la maison.


Romuald Pliquet : Comment va ton frère Kevin ?

 

Michel Bourez : Il va beaucoup mieux merci ! Il va reprendre les cours ici à Toulouse. A peine réveillé de son opération, il demandé qui avait gagné le contest ! (rires)


Romuald Pliquet
 : Tu dois être déçu de ne pas avoir encore brillé sur ton home spot à Teahupoo, comment analyses-tu cela ?

Michel Bourez : Il y avait plein de choses négatives : l'accident de mon frère, mes planches pas du tout adaptées...Dans ces conditions-là, si tu n'as pas les bonnes planches, ça ne peut pas passer ! J'avais gardé mon pro modèle habituel mais j'aurais dû plancher sur une 6'3 ou 6'6 ...Depuis, j'ai beaucoup travaillé sur des planches parfaites pour ce type de conditions puisqu'Hawaii arrive à grands pas même si Pipeline reste différent de Teahupoo...


Romuald Pliquet : Matahi Drollet, Mihimana Braye et Kauli Vaast sont les kids qui commencent sérieusement à envoyer sur Teahupoo; les vois-tu faire une carrière à la Michel Bourez ??

Michel Bourez : Ils sont tous à fond mais il faut qu'ils aient beaucoup de soutient et de sponsors pour tenter de réussir. Le chemin est très difficile puisqu'à Tahiti nous sommes un peu isolé et il faut aller faire des QS au maximum...Matahi, je pense qu'il va faire la même carrière que Manoa. Quant à Kauli, il est très bon mais il faut qu'il prenne son temps, ne pas brûler les étapes ...A Tahiti, nous avons la chance d'avoir tous types de vagues alors il n'y a pas de raison qu'il ne réussisse pas mais il va falloir bouffer du QS !!


Romuald Pliquet : Un dernier mot ?

 

Michel Bourez : Bonne chance à tous les français et tahitiens qui suivent le QS ! Faa'itoi'to !



Jeremy Flores est revenu sur son coup de gueule et parle sans langue de bois. Extraits :

"Cela n'a pas été exemplaire c'est vrai mais j'avais besoin de pousser un bon coup de gueule, il  fallait que je dise les choses plutôt que de les garder pour moi ! Il fallait vraiment que ça sorte !

Maintenant, il faut que je me concentre et que je reprenne confiance en moi. Il faut aussi que je sois entouré de bonnes personnes qui ne pensent pas seulement qu'au fric ... Ce qui est rageant en plus dans ma situation actuelle pour la requalification, c'est que techniquement, je n'ai jamais été aussi fort mais je positive puisque le fait de perdre m'a beaucoup appris dans mon surf et surtout dans ma vie de tous les jours ! En un sens, cela m'a beaucoup aidé en fait. Mais il faut avouer que c'est une année sans, je ne suis pas une machine et comme tout homme, j'ai mes failles...

Pour moi, la compétition devient trop mécanique et c'est vrai que free surfeur serait le top mais il faut avant tout que je surfe pour moi. J'ai la chance d'avoir mes sponsors à fond derrière moi, il faut que j'arrive à retirer la pression qu'il y a autour de moi. Depuis tout petit, on a toujours attendu beaucoup de moi... Malheureusement, je ne sais pas si c'est ici que je vais me refaire puisque je n'ai jamais fait mieux que les quarts. Il va donc falloir que je donne tout! De toute façon, je n'ai rien à perdre alors...

Je rage aussi puisqu'enfin j'avais trouvé la bonne board et puis cet après-midi, je l'ai cassé en deux... Avec Fredo Robin, nous nous sommes dit que le sort s'acharnait contre moi…Cet hiver Hawaii risque d'être décisif mais je suis capable de gagner la Triple Crown !


**

Morceaux choisis par Romuald Pliquet des déclarations des surfeurs du Top 3 :


Gabriel Medina, comment abordes-tu la compétition en cette fin de ligne droite ?

"J'essaye de rester relax, de respirer. Par moment, je suis un peu nerveux et puis je commence à bien respirer et là ça va mieux ...Il faut juste que je reste calme et que j'aborde les heats un par un… Ici, j'ai amené 25 boards puisqu'il y a pas mal de casse, je mets toutes les chances de mon côté ! "


Mick [Fanning], comment te sens-tu ?

"Je me sens bien, les vagues sont bonnes alors tout va bien ! Par contre ici à Hossegor tu ne sais jamais trop les conditions que tu vas avoir en fonction de la marée et des mouvements des bancs de sable : il faut rester focus ! En France, j'aime la nourriture, les vagues et le vin !


Kelly Slater, comment te sens tu ?

« Je me sens super bien , j'ai beaucoup d'énergie, j'ai hâte de commencer puisque j'adore surfer ici! Les prévisions sont bonnes, je pense qu'il y aura des gros tubes à prendre ... 


Surveillez aujourd’hui le lancement du QuiksilverPro France sur Surf-Report, pour se connecter au live rendez-vous sur aspworldtour.com et sur la chaîne MCS Extrême.

--

Romuald Pliquet

facebook.com/Romuald-Pliquet-Photograhy

instagram.com/romualdpliquet

www.romualdpliquet.com

Mots clés : conference, presse, quiksilverpro, france, michel, bourez, romuald, pliquet | Ce contenu a été lu 4343 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Environnement | Le 22/11/2014
Surfrider se mobilise pour les océans
Santé | Le 02/10/2013
4 et 5 Octobre Ă  Biarritz