Environnement - L'Indonésie renvoie ses déchets à la France

Un réservoir de vagues, oui ! Une poubelle de plastiques, non !

- @oceansurfreport -
Photo D.R. Zak Noyle

L'Indonésie nous fait souvent rêver avec ses vagues magiques, comme pendant cette session parfaite à Bali la semaine dernière. Mais l'envers du décor est parfois assez sombre, avec des problèmes de pollution qui concernent largement l'archipel.

Les surfeurs sont assez sensibles au problème, surtout depuis la diffusion des photos de Zak Noyle montrant un terrifiant tube de déchets (ci-dessus), et d'autres images de catastrophes touchant la faune et l'environnement. Mais on se rend compte maintenant que nos pays ont leur part de responsabilité en expédiant nos déchets à l'étranger pour s'en débarrasser.


Depuis que la Chine a refusé de servir de poubelle du monde en ce qui concerne les déchets plastiques, ces ordures ont afflué vers les autres pays d'Asie, le plus souvent sans autre avenir que les décharges sauvages et les lieux d'incinération à ciel ouvert

Mais trop c'est trop, et l'Indonésie a décidé d'appliquer une politique de retour à l'envoyeur. Dès lundi, 7 conteneurs bourrés de déchets ont été envoyés, dont deux vers la France. Ces ordures étaient rentrées illégalement sur le territoire, elles n'ont aucune raison d'y rester éternellement.


D'ailleurs l'Indonésie ne compte pas en rester là, et a déjà prévu de réexpédier 42 conteneurs supplémentaires vers des pays comme l'Allemagne, l'Australie et les Etats-Unis.

Car après tout... A défaut d'être capables de se passer de plastique, ne devrait t'on pas se responsabiliser et tout faire pour le recycler dans nos pays où on aime tant le consommer ?



                 
Mots clés : | Ce contenu a été lu 5587 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Surf | Le 21/11/2019
La vague est le point de départ de la pratique du surf, comment atteint-elle nos côtes ? Analyse.
XXL | Le 21/11/2019
Retour en images sur le plus beau swell de l'année (pour l'instant) à Guéthary.