Environnement - Australie : des crues sans précédent en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland

Plus de 200 000 personnes évacuées, des milliers de foyers détruits et la nécessité d'une aide humanitaire urgente.

- @oceansurfreport -

À la fin du mois dernier, l'Australie a été touchée par une catastrophe naturelle sans précédent. Des crues impressionnantes, issues de pluies torrentielles, ont forcé plus de 200 000 personnes à évacuer leur domicile, en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland. Si pour certains il s'est agi de partir lors des alertes de crues émises sur des dizaines de rivières, pour d'autres il était déjà trop tard : nombre de familles ont dû se réfugier sur les toits de leurs maisons pour échapper à l'eau, qui par endroit a atteint le premier étage des maisons, recouvrant les routes et noyant des villes entières.

En effet en l'espace de 72 heures, il a plu à Brisbane l'équivalent de 80% des précipitations annuelles. Dans les zones les plus touchées, comme la petite zone rurale de Doon Doon en Nouvelle-Galles du Sud, ce sont 1040mm qui sont tombées en 48h.

Pour échapper aux eaux boueuses, les rescapés ont dû compter sur l'aide de voisins et de volontaires, qui ont sorti dans les rues immergées jetskis, bateaux, kayaks et autres embarcations de fortune pour récupérer les personnes bloquées par les eaux, isolées sur les toits ou encore les ponts. Ces derniers jours la frustration monte sur le territoire, les résidents déplorant le peu d'aide fédérale reçue jusqu'à présent, et demandant que l'état d'urgence soit déclaré.

En effet, cela fait plus d'une semaine déjà que les fleuves et rivières de cette zone côtière australienne (plusieurs centaines de kilomètres le long du Pacifique) débordent sur les routes et les villes, y laissant une marque indélébile, entre destruction et traumatisme. Alors que la situation est déjà historique, les pluies diluviennes et les vents continuent de menacer l'est du pays, la ville de Sydney étant à son tour en alerte en début de semaine au vu des prévisions météorologiques. Les terres étant déjà gorgées d'eau, la menace de nouveaux débordements et glissements de terrain grandi à mesure que les jours de pluie s'accumulent...


Des milliers de familles ont tout perdu dans la catastrophe, et se retrouve aujourd'hui face à des maisons détruites par les eaux, remplies de boue et de déchets. Pour certaines zones coupées du monde (par la route mais aussi par les coupures de courant et d'internet), la situation est particulièrement affolante et critique. Ces populations se retrouvent dans le besoin immédiat de nourriture, de vêtements et de matériel les aidant à rebâtir leur vie, mais aussi de main d'oeuvre pour les aider à déblayer et reconstruire leurs quartiers. 

Sur place, les citoyens se sont mobilisés, notamment à l'aide des réseaux sociaux, pour venir en aide aux nombreuses personnes touchées par ce drame météorologique. La communauté surf a aussi pris part au mouvement, à l'image des Australiennes Cait Miers et Macy Callaghan qui ont mis à profit leur nombre d'abonnés pour alerter sur la situation, mais aussi mettre en contact les personnes dans le besoin et les actions bénévoles mises en place pour leur venir en aide (groupe de secours à la personne, distribution de repas, distributions de vêtements...).

En parallèle, des cagnottes de dons ont vu le jour pour que tous puissent venir en aide financièrement aux personnes dans le besoin, pour qui la route de la reconstruction est encore longue. 

Des risques à se mettre à l'eau

Enfin, plusieurs entités de surf locales comme saltygirlssurfschool et le groupe communautaire Groove Girls ont alerté sur les dangers de partir sur une session de surf en cette période difficile. En effet, les eaux usées brutes ont dû être déversées dans l'océan à nombres d'endroits sur la côte, certains systèmes de traitement des eaux usées étant tombés en panne rapidement lors des crues. De ce fait, la qualité de l'eau est à présent dangereuse, et risque de rendre malade ceux qui voudraient s'y rendre. 

De plus, les eaux fluviales qui viennent se mêler en grande quantité à l'eau de mer modifient "les schémas de distribution normaux des requins taureaux dans un système fluvial et déplaceront les requins taureaux d'un système fluvial vers une zone de plage proche du rivage" explique Madison Stewart, shark-lover et fondatrice du projecthiu.

"Ils ne peuvent pas faire face à la baisse de salinité de l'eau. Les embouchures des rivières représentent également une source de nourriture pour les requins avec tous les écoulements qui se déversent dans l'océan depuis l'amont, des éléments comme les engrais et même les eaux usées peuvent amener les poissons à se nourrir et à se rassembler dans la zone de l'embouchure de la rivière. Ce sont des eaux troubles où les requins taureaux prospèrent." 

De ce fait, les sessions sur les côtes proches des zones de crues ne sont actuellement plus sûre, et restent donc fortement déconseillées tant que l'eau ne s'est pas éclaircie et assainie.


   
Mots clés : australie, nouvelle-galles du sud, queensland, crue, meteo, catastrophe naturelle, pluie | Ce contenu a été lu 1464 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 28/10/2022
Le pointbreak a récompensé les surfeurs les plus matinaux.
Surf | Le 29/09/2022
Le champion du monde 2012 s'est gavé à domicile.