Environnement - La réserve de surf de la Gold Coast inscrite dans la loi australienne ?

Les hommes en costard et hommes en boardshort main dans la main.

- @oceansurfreport -

En Australie, les surfeurs vont s'intéresser d'un peu plus près à la politique. Car lorsqu'on parle de la Gold Coast, la communauté surf ouvre grand les oreilles. Il faut avouer que ces 16 kilomètres de côtes de Burleigh Beach à Snapper Rocks et qui abondent de vagues worldclass, représentent un lieu sacré. Des eaux qui attirent les surfeurs du monde entier et ont vu grandir de véritables légendes. Des champions qui, chaque année, se font un plaisir de revêtir le lycra du côté de Snapper Rocks. Bonne nouvelle, le gouvernement est également attaché à ces vagues. Lors de la 6e Global Wave Conference qui s'est tenue du 11 février dernier au Gold Coast campus de la Southern Cross University, la Premier Ministre du QueenslandAnnastacia Palaszczuk, souhaite mettre les bouchées doubles sur la préservation de la région qui a déjà acquis le statut de réserve de surf, et l'inscrire dans la loi australienne.

Déjà en 2016, les institutions de surf et de protection de l'environnement inscrivaient la Gold Coast sur la liste très ''select'' des "réserves mondiales de surf". Un titre qui permet aux spots et ses alentours de bénéficier d'une protection de son environnement, sa culture et son économie locale. Palaszczuk a donc demandé au Ministre australien des sports, Mr. Mick de Brenni - lui-même surfeur - de légiférer sur ce programme pour le rendre inébranlable. On dirait bien que les feux qui ont ravagé la région aient éveillé les consciences au sujet des intentions écologiques de l'Île-Continent.

Photo à la une : WSL / Kristin Scholtz

   
Mots clés : gold coast, world surfing reserve, australie | Ce contenu a été lu 2736 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs