Environnement - Les plages du Maroc vont-elles survivre aux "mafias du sable"?

- @oceansurfreport -

 "La moitiĂ© du sable utilisĂ© au Maroc, soit 10 millions de mÂł par an, provient de l'extraction illĂ©gale de sable sur les cĂ´tes", avertit un rapport de l'ONU, relayant les inquiĂ©tudes du Parlement Ă  Rabat. Un phĂ©nomène qui risque d'avoir des consĂ©quences redoutables pour l'environnement.

Principales responsables du trafic, selon le rapport, des "mafias du sable""Le long du littoral marocain, les 'marchands de sable', maĂ®tres-d'œuvre d'un business semi-mafieux, recrutent ainsi des centaines d'enfants", observe Le Monde"Des fourmis face aux filières organisĂ©es qui disposent de gros moyens et du soutien des autoritĂ©s pour dĂ©pouiller les plages", complète "un fin connaisseur de ce milieu", citĂ© par le quotidien français. RĂ©sultat : dans tout le Maroc, des camions transportent l'"or jaune" vers les chantiers de construction.

Le Parlement marocain n'a pas attendu le document pour s'intĂ©resser au phĂ©nomène, rapportait Aujourd'hui Le Maroc dès juin 2018 : il avait alors organisĂ© "une rĂ©union consacrĂ©e Ă  cette problĂ©matique en prĂ©sence du ministre de tutelle". Avec une très grande prĂ©cision, le journal affirmait Ă©galement que "pas moins de 55,07% du sable vendu sur le marchĂ© national provient de filières clandestines".

Pourtant, le royaume chĂ©rifien s'est muni d'un arsenal juridique pour lutter contre ce type de trafic. En principe, les extractions de sable sont notamment rĂ©glementĂ©es par une loi de 2015destinĂ©e Ă  "prĂ©venir, lutter et rĂ©duire la pollution et la dĂ©gradation du littoral". Mais pour l'instant, le Parlement "a du mal (...) Ă  dĂ©passer le stade (du) diagnostic", constate Aujourd'hui Le Maroc.

  
Mots clés : maroc, sable, surf | Ce contenu a été lu 676 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs