Interview - Rencontrez le talentueux réalisateur du film "Offline" Ali Khattab

- @oceansurfreport -

Ali Khattab est depuis longtemps passionné par la réalisation de film. Mais depuis qu'il a enchainé les voyages autour du Maroc accompagné de Othmane Tayane, Mohamed Azniter et Nejma Benzaari, le surf a capté chez lui une toute nouvelle inspiration surtout après la réalisation de son court-métrage "Home Again" qui a connu un grand succès.


En Mai dernier il publiait la bande annonce de son nouveau projet Offline qui atteint rapidement les 8000 vues peu de temps après sa publication.




INTERVIEW


C'est quoi Offline ?


Offline est un film dont J'ai commencé la réalisation en Novembre 2020. Le concept est de suivre un groupe de personnes différentes durant un Road trip autour du Maroc. Ce voyage avait pour but de permettre à ces personnes de sortir de leur zone de confort, de dépasser leur limite et de redécouvrir le vrai sens de la vie.

 


D'où vient le titre du film ?


Durant mes voyages au sud du Maroc en Mai 2020, ma mère avait l'habitude de souvent m'appeler au téléphone, et puisque la plupart du temps nous étions au milieu de nulle part, seul face à la nature, je me retourne vers Othmane et je lui dis « mec, je ne capte pas de réseaux, on est Offline ».

Concrètement, le titre Offline, désigne le fait d'être déconnecter du monde, seul dans la nature, mais la définition peut varier d'une personne a une autre, car au final nous avons chacun notre façon d'être Offline.


Comment vous avez eu l'idée de ce projet ?

 

A partir de septembre 2020, J'ai commencé à beaucoup voyager avec Othmane Tayane, Mohamed Azniter et Nejma Benzaari autour du Maroc. Passionné par le film-making depuis quelques années, j'emmenai ma caméra partout où j'allais. À la fin de notre troisième voyage, je me suis rendu compte que j'avais assez de vidéos pour faire un court métrage. Je l'ai sorti le 22 octobre 2020, et pendant l'avant-première qui a eu lieu au Vintage à Darbouazza, un assez grand nombre de personnes était présent, et j'ai vu l'impact que « Home Again » a eu sur les gens. J'ai donc compris que c'est ce que je voulais faire pour le restant de ma vie, et j'ai eu l'idée de réaliser un plus gros projet, un film qui va toucher un maximum de monde.

 

Quel est l'objectif de ce projet ?

 

L'objectif de ce projet est tout simplement transmettre des valeurs qui vont réapprendre au gens à profiter de la vie, des valeurs tels que sortir de sa zone de confort, prendre le risque de tout plaquer pour réaliser son rêve et faire ce qu'on aime sans hésiter.  Offline va non seulement transmettre ces valeurs, mais il va aussi montrer la beauté de notre pays, la richesse de notre culture et le talent d'une jeunesse négligée.



Comment vous avez pu faire face à a situation sanitaire ?

 

Réaliser ce film avec toutes les restrictions sanitaires qui ont été imposées cette année n'a pas été facile. Au début du tournage nous partions en voyage sans autorisation prions que les barrages nous laissent passer, mais quand le projet a commencé à se développer, obtenir des autorisations a été plus facile. Le seul risque qui était présent durant le tournage, c'est le virus, mais grâce au précautions prise par la totalité de l'équipe, nous avons pu finir le tournage dans aucun problème.

 

Racontez-nous vos voyages ?

 

Les deux voyagent principaux ont été magiques, nous n'étions que huit au début, et on s'est retrouvé à la fin avec une équipe de 15 personnes. Notre itinéraire était composé de plus de 14 villes qui longent la côte sud atlantique Marocaine, mais les principales destinations où nous avons vécues nos meilleurs moments du voyage sont : Taghazout, Imessouane, Sidi Kaouki, Mirleft, Essaouira, Sidi Ifni, Boujdour et enfin Dakhla.

Surf, Skateboard, Kitesurf, balade à cheval à la plage au Sunset, Cliff jumping dans la fameuse Paradise Valley, tout le monde a eu la chance de participer à ses activités. Ce qui était surprenant, c'est que l'équipe ne se connaissait pas avant ce voyage, on a vécu des hauts et des bas, mais c'est ce qui nous a rendu plus soudé. On avait l'habitude de faire des réunions chaque soir, on parlait de notre expérience de la journée, écoutait chaque membre partager ses émotions, ça nous a rapproché les uns des autres. Nous sommes devenus plus que des amis, nous sommes une famille maintenant, la famille Offline.

 

Racontez-nous quelques anecdotes de votre voyage ?

 

Durant notre dernier voyage qui a eu lieu en Avril, nous avions comme objectif d'aller de Casablanca jusqu'à Dakhla en voiture. Notre dernière destination avant d'arriver était Boujdour et nous ne savions toujours pas où nous allions passer la nuit. À la dernière minute, mon père me fait savoir qu'on avait de la famille dans cette ville. Je les contacte et je découvre que nos familles ont été très proche à une époque où mon grand-père faisait toujours parti de ce monde. Ils nous ont donc invités à diner et passer la nuit. Ce qui nous a le plus marqué, c'est leurs hospitalité, leur accueil était magique. Nous avons passé la soirée à rire, à déguster des spécialités marocaines et on a même visiter la ville. Après 7 jours de route, nous avions pu recharger nos batteries et repartir à l'aventure.


Comment vous avez pu financer votre projet ?

 

Au tout début, quand j'ai décidé de commencer le projet, je me suis mis à la recherche de sponsors avec mon amis Othmane, afin de financer le film. Pendant plus d'un mois, nous avons fait le tour de plusieurs marques de surf et autres entreprises en espérant obtenir l'aide et les fonds nécessaire. Sans succès, j'étais sur le point d'abandonner, car tout seul je n'avais pas assez d'argent pour concrétiser mon idée. Un matin après avoir discuté avec Scott, le propriétaire et shaper de la marque de planches à Darbouazza Kai Shapes Boardriding Co, il m'a mis en contact avec Fahd Bouazer, Fondateur des Marques Surf Beach Co et Aerial Material. Il s'est direct intéressé au projet et sans hésiter, il a décidé d'en faire partie et de le financer. Grace à ses contacts nous avons pu obtenir un assez grand nombre de Sponsors durant toute la période du tournage qui nous ont aider à poursuivre cette aventure. 



Quels sont vos futurs projets ?


Après Offline, je prévois de poursuivre mes études en cinématographie et de continuer à faire de la réalisation de film. Mon rêve est de faire développer ce domaine au Maroc. `


Un mot de remerciement ?

 

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont cru en moi et qui ont décidé de m'aider à réaliser ce projet, tel que ma mère Jamila Aboutika, qui a été là depuis le tout début. Fahd Bouazer, Tristan Storder, Othman Tayane et Scott Romig grâce à qui j'ai eu la force et le soutien nécessaire pour me lancer. Finalement, toute l'équipe qui m'a accompagnée durant toute l'aventure et qui a cru en ce projet, et je tiens à tous les citer, Taha Fajrine, Mehdi Ghazali, Yassine Karim, Saloua Acharki, Yassine Nail, Yassine Taha, Saad Waamoul, Hind El Aadouli, et Rim Bhavnani.


La bande annonce du film Offline :



                                       

  
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 26/10/2020
18 minutes à vous couper le souffle !
Interview | Le 13/09/2021
Pourquoi Saad Abid a préféré ne pas faire carrière dans le surf professionel ?
Interview | Le 16/01/2021
Le skipper de course au large, qui a dû se retirer du Vendée Globe suite à un choc avec un OFNI (objet flottant non identifié), évoque sa passion pour le surf, son intérêt profond pour la météo et revient sur la fois où il a pris un barrel en Indonésie.