Interview - Ahmed Erraji , un bodysurfeur de gros

- @oceansurfreport -

Ahmed Erraji connu sous le pseudo " Hijo del Mar" est un bodysurfeur marocain de grosses vagues .Il vit pleinement sa passion et il défend ardemment les valeurs du bodysurf et de l'aventure . Surfreport Maroc l'a interviewé pour vous:  :                                 

Peux te présenter pour nos lecteurs ?

je m'appelle  Ahmed Erraji ,  j'ai 37 ans , je suis Marocain et  plus exactement de Rabat , connu sous le pseudo de "@hijo_del_mar" . Je suis résident aux Îles  Canaries et  Je suis un bodysurfeur de vagues XXL J'ai surfé dans des grosses vagues emblématiques comme " ras lef3a" ,Anchor point ,Mundaka,El quemao,El fronton, La Galea, Belharra, Nazaré  ...et "la misteriosa" Lanzarote .



Pourquoi le Bodysurf ?

Le Bodysurf est un  sport nautique extrême qui, contrairement au surf ou au bodyboard, n'a pas une diffusion trop importante ,cependant,on peut dire que le bodysurf est un sport ancestral car à travers l'histoire il y a eu beaucoup de gens de différentes civilisations qui, en raison de leur soif aventureuse, ont plongé dans l'eau de mer avec l'intention de glisser à travers les vagues.Mais c'est vrai que c'est dans les îles du Pacifique où il y a eu une culture et une symbiose très particulière avec les vagues depuis des siècles.Nous sommes donc confrontés à un constat qui lie le bodysurf  à tous les sports nautiques de glisse  liés aux vagues, puisque le Bodysurf est le père du Surf, Bodyboard, Paddle Surf, etc.



Raconte-nous ton premier contact avec l'eau .

J'ai commencé le bodysurf à l'âge de 7 ans, mais mon premier contact avec l'eau  était à l'âge de 5 ans.C'était un jour d'été, tout a commencé chez ma grand-mère "Arabia" Lah yerhemha. Ils ont sonné à la porte et mon oncle "Amine", accompagné de ses amis, m'a dit: "viens avec nous".

Mon oncle Amine était un  boxeur professionnel et garde du corps . Sans savoir de quoi  il s'agit, j'ai pris mes anciennes sandales de pêche en plastic, que nous avions l'habitude de les appeler "nike air",et je les ai suivis depuis le quartier "mellah" vers la rivière de Bouregrag et au long du chemin, ils se sont arrêtés au "stara", à côte du pont en criant «wow un poulpe» ,je voulais aussi me rapprocher pour le voir, soudainement j'ai senti une forte poussée, j'étais poussé dans l'air par eux , de 8 mètres de haut et une fois touché l'eau et sans savoir comment, j'ai commencé à nager comme un chien. Mon oncle et les autres  ont sauté après moi en criant "Allez ahmed, tu peux!" tout à coup   j'ai vu un escalier puis  en pleurant et avec une fréquence cardiaque élevé , je suis  arrivé à l'escalier et j'ai crié  de toutes mes forces : yen3ellll... hehehe, et j'ai couru à la maison.

le lendemain je suis revenu à la rivière seul , 2 ans plus tard j'ai commencé à Bodysurfer les vagues de la grande plage de rabat "Bhar kbir".

En Europe, je suis plus connu pour les services d'urgence que pour le spectacle que peut offrir ce sport.

les gens quand ils voient une personne seule dans la mer sans planche et dans des grosses vagues, ils appellent directement la police et cette dernière active l'alarme et l'hélicoptère et l'ambulance arrivent ...et ta journée est juste magnifique .

Franchement certains pensent que la seule chose que la mer nous offre est la peur, mais j'ai appris avec le temps que la peur nous ment ,elle te dit :

" Si tu vas pour surfer cette vague, tu ne reviendras jamais".. alors pour moi, la confrontation quotidienne avec les vagues  est devenu une véritable pratique depuis que j'ai sauté du pont il y a 32 ans.T' imagines sauter de 8 mètres à 5 ans sans savoir nager !!! et tu te réveilles le jour suivant et tu vas avec  fierté là où ils t'ont poussé, alors tu arrives au pont et soudainement, quelque chose  t'attire et tu te retrouves  debout sur le bord en regardant vers le bas ....tout à coup tu réalises que c'est l'expérience la plus merveilleuse de ta vie.

La leçon pour moi était que dans l'autre côté de tes plus grands soucis , il y a toutes les meilleures choses de ta vie .

Ahmed Erraji et Benjamin Sanchis

Quels sont tes entraînements ?  pratiques-tu d'autres sports ?

Face à une grosse vague et  sans rien pour vous aider sauf les mains, la tête et les palmes, une chose est sure , c'est pas au Gym que ca se prépare .80 % de la préparation est mentale, je suis d´un corps très normal, je fais des exercices en plein air ,parfois  je saute à la corde et  je fais des plongée et natation de 5 km en pleine mer.Dans la vie, il est aussi très important de se sentir fort que d´être fort .L'idée  c´est aimer ce que l'on fait, être passionné , manger bio, manger sain  et bannir l´alimentation de tout produit d'origine animale. J'ai oublié de te dire, je suis vegan . Avant d'aller à Nazaré, j'ai concentré mes entraînements sur l'apnée car je n'avais pas un gilet "Airlift" .Nazaré est un spot avec un fond de sable , un wipeout là-bas est donc plus dur que dans un spot avec un  fond  de reef . Alors il était très important de diriger tous mes efforts sur la respiration et en septembre dernier, j'ai fait un cours d'apnée, ce qui m'a donné plus d´apprentissage..



Raconte-nous ta première session à Nazaré .

Quand ce jour-là est arrivé, ma seule préoccupation était de savoir d´où entrer, car il y avait beaucoup d'écume et tout semblait gros et blanc.Il était impossible que j'entre depuis la plage et encore plus fatiguant une  traversée du port jusqu'à praia do norte,2 km avec un néoprène de 3/2 mm et une température de  l'eau de 9 °C. Je devais bien gérer mon  énergie, alors il m'est venu à la tête de sauter de la falaise du phare. J'ai attendu la dernière vague du set et après j'ai sauté ,c'était tout blanc. J'ai réussi à m'éloigner des rochers. Dans les vagues du beach break, les bancs de sable se déplacent continuellement, ce qui rend les conditions de pratique aléatoires d'une session à l'autre, donc tout ce que j'ai observé et appris les jours précédents ne m'a pas aidé du tout. 3 ou 4 bombes  me sont tombées dessus , le courant me tirait vers le bas...ce sentiment de remonter à la surface plus tard à la  dernière seconde et de respirer ... Mais malgré ça et après quatre heures d'aventure, j'ai réussi de bodysurfer deux vagues. 

   

As-tu des sponsors ?  

En ce moment  mon seul sponsor est la passion, la préparation, l'amour, l'inspiration, la mer et la nature...on n'a pas besoin d'être riche pour donner. Je me remplis l'esprit de petites choses . Peut-être un jour quelqu'un frappera à ma porte mais jusqu'à ce moment je profite pleinement de cette folie.                                  


Quels sont tes objectifs pour 2018 ?

S'il y a bien quelque chose que je n'ai jamais fait, c'est me fixer des vrais objectifs à accomplir, la santé avant tout.Au sujet du bodysurf, je voudrais bien bodysurfer Teahuppo , Maverick ,Nazare de nouveau et bien sûr les big spots du Maroc .



Un dernier mot pour les lecteurs de Surfreport Maroc 

Je remercie tous les gens qui sont autour de moi  : mes parents, ma femme ,mes frères, mes oncles, mes amies ..ainsi que tous ceux qui croient en moi.Merci à toi aussi  Jawad et Surfreport Maroc pour cette interview, j'espère avoir répondu de façon assez complète aux questions. Je souhaite à tous les lecteurs beaucoup de succès ,de bonheur et de réussite.   

Et je remercie la vie et les vagues pour tous les jours qui ont transformé ma vie par enchantement.

Pensez à suivre son aventure sur son compte Instagram officiel @hijo_del_mar où il partage les photos et vidéos de sa passion .. 

                                                        


                                
Mots clés : bodysurf, ahmed erraji, hijo del mar | Ce contenu a été lu 2041 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs