Interview - EXCLU !! Interview de Matt Meola pour OSR

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, ce garçon n'est définitivement pas comme les autres !

- @oceansurfreport -

Après une année chargée de bonnes sessions freesurf et de succès avec notamment sa grande victoire d'Innersection, le jeune rider d'Oxbow Matt Meola, de passage dans le Pays Basque en Juillet dernier à Anglet pour l'Avant-Première du film d'Oxbow "Walls of Perception", acceptait de répondre à nos questions autour d'un verre, les pieds au bord de l'eau à la plage du club.

L'occasion pour nous et pour vous d'en savoir un peu plus sur la personnalité de cet enfant d'Hawaii, recueillir ses impressions sur les spots et les vagues françaises, parler de ses choix dans sa jeune carrière, sa présence au sein du team Oxbow et ses projets futurs, ou encore connaître sa vision de "Walls of perception".

On l'écoute...

 

Surf Report : Bonjour Matt ! Nous sommes ravis de te rencontrer aujourd'hui, merci d'avoir accepté cette invitation, nous sommes très curieux d'en savoir un peu plus sur toi !

Matt Meola : Merci à vous, je suis très heureux d'être ici.

 

Surf Report : Peux-tu te présenter en quelques mots, pour ceux qui n'ont pas encore la chance de te connaitre ?

Matt Meola : Bonjour à tous. Je m'appelle Matt Meola, j'ai 22 ans et je vie à Maui, Hawaii.

 

S.R : Quand es-tu arrivé en France ? 

M.M : Je suis arrivé en France il y a 3 semaines environ, je ne sais plus exactement quand mais avant cela j'ai passé 3 jours en Italie, et je repars demain.

S.R : Que faisais-tu en Italie ? Et où étais tu et est-ce que tu as aimé ce pays?
M.M : J'y suis allé pour promouvoir le nouveau film d'Oxbow, Walls of Perception à l'occasion de la tournée européenne et l'Avant-Première du film à Lido di Camaiore, en Tocane.

Oui, j'ai beaucoup aimé, car c'était près de la mer, mais çà a été très court, je n'ai pas pu voir grand-chose. Il y a de bons restaurants, les vagues sont petites là-bas, mais la nourriture est excellente. Je suis content d'y être aller.


S.R : C'est la première fois que tu viens en France ?
M.M : C'est ma troisième fois mais je considère que c'est ma première fois parce que les fois précédentes étaient de très courts voyages : je suis venu 2 jours la première fois et 5 jours la seconde. Je n'ai donc pas eu le temps de visiter, de voir les choses et de surfer alors que cette fois oui, c'est pour çà que je considère que c'est ma première fois.

 

S.R : Et aujourd'hui qu'as-tu fais depuis que tu es ici ? 

M.M : J'ai surtout surfé quand je pouvais le faire. Lucas, mon manager sportif, m'a emmené tous les matins surfer, il avait plein de choses à me montrer dans la région, les spots, les villages. On a également visité un surfcamp sur la côte, et puis j'ai aussi eu des interviews depuis que je suis ici.

 

S.R : Où es-tu allé surfer ici ?
M.M : Un peu partout : Hossegor, ici à Anglet, on a beaucoup bougé le long de la côte atlantique.

 

S.R : As-tu surfé au Nord, sur la côte girondine ? 

M.M :Oui j'ai surfé à Lacanau, on a vraiment surfé partout en fait. Le plus incroyable ici je trouve, ce sont les marées : ici tu peux surfer pendant 1h, voire 2, mais lorsque la marée change tu dois bouger, alors qu'à Hawaii, tu peux surfer le même spot toute la journée ! je suis content d'avoir véçu cette expérience ici, ne pas avoir les mêmes vagues, les mêmes tubes ! C'est vraiment excitant !

 

S.R : As-tu testé le reef de la région? 

M.M : Oui, j'ai surfé quelque part, mais impossible de me rappeler le nom du spot (il s'agissait de Lafitenia).

 

S.R : Tu as aimé ? 

M.M : Oui, mais ce n'était pas ma meilleure session ici. Je surfe beaucoup de reef chez moi donc je préfère surfer autre chose, changer un peu.

 

S.R : Alors tu as du aimer surfer les beachbreaks landais ? 

M.M : Oui, j'ai eu des sessions très fun là-bas. Les vagues sont puissantes et creuses, j'ai scoré quelques bons tubes, c'était cool. J'aimerais revenir ici en Septembre ou en Octobre, Lucas m'a dit que ce n'était pas le meilleur moment pour le surf actuellement car les vagues ne sont pas terribles, mais qu'en Septembre et Octobre les conditions sont parfaites ici. Alors je voudrais bien repasser surfer chez vous à ce moment-là, c'est dans mes plans en tout cas !

 

S.R : Que penses-tu du Pays Basque ? 

M.M : J'adore ! L'architecture est tellement différente ici, tous ces bâtiments rouge et blanc, c'est un changement radical pour moi ! La nourriture est excellente également ! J'adore être ici, j'en profite bien !

 

S.R : Et les vagues ? 

M.M : Il y a un potentiel énorme ! Comme je le disais, j'espère vraiment pouvoir revenir durant la bonne saison pour profiter à fond ! Les sessions doivent être incroyables à ce moment-là, c'est sûr ! Ca donne des idées pour les prochaines vidéos !

 

S.R : Où as-tu eu ta meilleure session ? 

M.M : C'était aux Casernes. J'ai surfé de très bonnes vagues sur ce spot, c'était génial. J'y suis retourné trois fois.

 

S.R : On te voit le plus souvent en l'air, alors que les Landes sont plutôt des vagues à tubes, cherches-tu à faire évoluer ton surf ?

M.M : En fait, je trouve que les spots ici sont parfaits pour les aerials. J'ai essayé d'en faire dans la plupart de mes sessions, car le vent passe souvent onshore dans la journée. J'adore les conditions ventées car c'est parfait pour ce genre de manoeuvres. On a eu un jour de surf propre pour scorer des tubes. Je me suis adapté rapidement à vos conditions.

 

S.R : L'année dernière tu as remporté le contexte freesurf d'Innersection grâce à ton incroyable film : tu as ainsi gagné beaucoup d'argent et ton rêve était d'acheter une maison à Maui et un jet ski, l'as-tu fait ?
M.M : Oui c'est dans mes plans d'acheter une maison à Maui, mais je ne l'ai pas encore fait, je n'ai pas encore assez d'argent pour ça, mais c'est un bon début. Je garde cet argent de côté pour pouvoir le faire plus tard. Et pour ce qui est du jet ski, Oxbow m'en a acheté un.

 

S.R. : Cette année, tu es wildcard pour cette deuxième session de l'Innersection, pourrais-tu nous dire en avant-première ce que tu prépares ?

M.M. : J'ai été blessé pendant 6 mois, ça fait quelques semaines que je me suis remis et je suis parti tourner ma séquence de Walls of Perception. Pour Innersection, je n'ai absolument encore rien en fait, mais je vais m'y mettre maintenant. Je rentre pour deux semaines chez moi et ensuite je pars en Indonésie pour un mois. J'espère qu'on aura du bon surf là-bas. Après çà je vais revenir en France pour quelques semaines. Ces 2 trips devraient m'aider à réaliser mon clip d'Innersection.

 

S.R : Et tu as une idée de ce que tu vas faire cette année ? Tu comptes changer ou continuer sur la même voie que ton précédent film ? 

M.M : J'ai plein d'idées folles dans ma tête, mais je ne sais pas encore ce que je ferais au final et si j'aurai la possibilité de les concrétiser. Je pense que tous les films de surf d'aujourd'hui doivent montrer du lifestyle et du beau surf avec de la bonne musique. Et moi j'aimerais aller plus loin dans ce côté lifestyle, le rendre encore plus fou dans mes prochaines vidéos.

 

S.R : Tu penses que les films de surf ont changé entre ces 5 / 10 dernières années ? 

M.M : Le surf a changé, mais les films eux, non pas vraiment : c'est toujours le même fil conducteur, la même idée que l'on retrouve : le surf, de l'action avec derrière de la bonne musique. Je pense qu'il y a d'autres choses qui peuvent être faites. Le surf reste le surf, mais tu peux aussi mixer d'autres choses avec.

 

S.R : Ta présence en compétition de surf est rare, pourra-t-on te voir un jour sur le World Tour ? 

M.M : Non (rires)

 

S.R : Jamais ? Tu veux rester un freesurfeur ? 

M.M : Oui, je veux rester un freesurfeur pour toujours, mais qui sait, peut-être qu'un jour je franchirai la ligne car je commencerai à m'ennuyer, je changerai d'avis et je me lancerai dans la compétition. Mais ce n'est absolument pas ce je souhaite aujourd'hui. Je veux voyager, surfer partout où je veux aller, faire des films. Surfer un spot pourri dans des conditions médiocres, surfer 30 minutes dans une série, ce n'est pas ce que je recherche.

 

S.R : Tu souhaites suivre la même voie qu'une légende du freesurf qui n'a jamais fait de compétition, comme Laird Hamilton par exemple 

M.M : Bien sûr, c'est le meilleur exemple ! mais je ne veux pas me comparer à qui que ce soit. La décision qu'il a pris de ne pas suivre le circuit professionnel, c'est exactement le chemin que je veux suivre également. Il est l'un des meilleurs surfeurs de la planète et il n'a jamais fait de compétition.

 

S.R : Quelle sont tes vagues et ta destination préférée pour surfer ?
M.M : Les vagues chez moi, à Maui ! Parce que j'ai grandi dans le surf là-bas, je suis à l'aise dans toutes les conditions et je ne ressens jamais les mêmes sensations. J'ai surfé les plus belles vagues de ma vie sur ces spots. Jaws est une vague tellement incroyable lorsque le swell est au rendez-vous.

 

S.R : Quel est ton secret pour surfer comme ça ?! 

M.M : Ah ! Je n'ai aucun secret, rien du tout (rires). Je ne sais pas, je ne n'ai pas secret.

 

S.R : Quand as-tu commencé à surfer ? 

M.M : Mon père m'a mis sur sa planche à l'âge de 2 ans, mais j'ai commencé a réellement m'intéresser au surf à l'âge de 12-13 ans et depuis je surfe tous les jours dès que c'est possible. Je suis dans une famille de surfeur, donc avant cela je trainais toujours sur la plage avec mes amis pour voir les surfeurs. C'est comme si c'était hier, chaque jour j'ai l'impression de surfer pour la première fois, mais ça fait longtemps maintenant !

 

S.R : Aujourd'hui tu es là pour promouvoir le film d'Oxbow, Walls of Perception, qu'elle est ta propre perception de ce film? 

M.M : Ce n'est pas un film banal de surf, avec simplement de l'action en shortboard. On ne voit pas simplement des surfeurs prendre des vagues derrière des musiques sympa. Ce film regroupe toutes les disciplines de glisse et parle de que l'on peut percevoir lorsqu'on surfe, de que l'on peut ressentir lorsqu'on est en connexion avec la nature, de se que l'on peut éprouver lorsqu'on passe des bons moments dans l'eau. Et  je trouve ça intéressant d'avoir mélangé tous les rideurs, qu'ils soient surfeurs, longboardeurs, kitesurfeurs ou windsurfeurs. C'est une vidéo qui montre toutes ces différentes choses, c'est un très bon concept je trouve !

 

S.R : On peut te voir combien de temps dans le film ? 

M.M : Hum, je ne suis pas sûr, peut-être 2 ou 3 minutes durant lesquelles on me voit surfer. Quelques prises ont été faites à Maui mais la plupart ont été réalisées aux Mentawaiis, car j'étais blessé à ce moment-là. Je suis parti 10 jours en Indonésie pour réaliser mes séquences, ça a été très court, mais on a réussi à les monter.

 

S.R : Vas-tu faire un nouveau film sur toi dans les prochains mois ? 

M.M : Là, je fais déjà un film pour l'Innersection après je ne connais pas vraiment les projets d'Oxbow, je sais juste qu'ils veulent faire un film par an. De mon côté, j'aimerais vraiment réaliser mon propre film mais je pense que je vais attendre encore quelques temps avant de le faire. J'ai pleins de projets en tout cas.

 

S.R : Que penses-tu de la team Oxbow ? Quelle est l'ambiance dans la team ? 

M.M : Pour moi, la team et la société Oxbow sont vraiment spécifiques et uniques car ils ne sont pas focalisés uniquement sur les compétiteurs. Pour moi, Oxbow est idéale car ils m'ont compris et ils me soutiennent dans tout ce que je fais. Ils sont très ouverts à ce que je leur propose. Ils me laissent faire ce que je veux. Ils sont là pour les freesurfeurs comme moi. Donc je me sens très chanceux de faire partie de sa team. Je trouve qu'Oxbow a une ouverture d'esprit que les autres n'ont pas.

 

S.R : Dernière question, une question bonus pour tes fans, quelle est ta playslist Ipod en ce moment ?
M.M : Pour être tout à fait honnête, ce n'est jamais pareil, j'écoute toujours une musique différente. Cela dépend totalement de l'humeur que j'ai, des vagues que j'ai prises, de la session que j'ai eu. Je n'ai pas des musiques spécifiques, la plupart de mes morceaux sont américains.

 

S.R : Merci beaucoup Matt, bonne chance pour la suite et bonne journée !

M.M. : Merci à vous et longue vie à surf-report...

 

Propos recueillis par Gabie et Nico

Crédits Photos : Oxbow

 

OXBOW WALLS OF PERCEPTION - Teaser présenté par Matt Meola

Mots clés : exclu, interview, matt, meola, osr | Ce contenu a été lu 12780 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Culture - Musique | Le 15/12/2...
Edition limitée
Autres | Le 22/04/2014
Juste avant les demi-finales