Interview - Interview : les Gypsea surfeurs

Avec les ambassadeurs 360° surf

- @oceansurfreport -

Voyager pour surfer ça fait rêver mais il y a en France aussi plein de petits coins de paradis. Nico et Cassie, en couple, ont choisi de vivre dans un van aménagé toute l’année. Un seul crédo : dépenser au minimum, surfer au maximum ! Les deux ambassadeurs 360°Surf, nous présentent l'endroit où il vivent et comment ils vivent !

Quelle région de France avez-vous choisi ?

Sans aucun doute les Landes, dans le Sud-Ouest de la France. Bien sûr les vagues ont largement dirigé notre choix, mais il faut aussi prendre en compte la douceur de vivre, la bonté des gens, la beauté du paysage entre océan et montagne. Je ne me lasse jamais de voir au loin depuis la plage les Pyrénées roses lorsque se couche le soleil !

Où vivez-vous dans les Landes ?

Notre choix s'est arrêté sur les Estagnots à Seignosse sans que l'on ne sache trop pourquoi. Bien que les bancs de sable soient qualitatifs là-bas, ce n'est peut être pas la première raison. Nous avons là bas notre bande de potes qui vivent en camion, on surfe tous ensemble, on part au pic en troupeau dans la joie et les rires. On ne se prend pas la tête, dans l'eau on fait les imbéciles, on se moque des copains qui prennent des boîtes mais on s'encourage aussi. Les garçons nous motivent nous les filles à prendre de plus grosses vagues...
En bref nous sommes un vrai famille !

Quelle est votre vision du surf ?

De fait, à vivre de cette façon on envisage le surf comme une philosophie de vie, pas de maison fixe pour être au plus proche des vagues mais aussi pour les suivre. Notre surf est décomplexé, pas dans le “star system” qu'on peut voir ici parfois, on veut glisser, on ne veut pas “fracasser” les vagues... On a un grand besoin de partager, après chaque session on raconte tout à l'autre même si on était ensemble dans l'eau ! En définitive notre vision du surf est liée à la vie, au partage et bien sur à la glisse la vraie !

Parlez-nous de votre camion.

Notre camion c'est notre maison, c'est notre cocon, après le voyage à Hawai'i nous l'avons refait à zéro. Il y a tout le confort d'une maison standard, douche, panneau solaire, poêle à bois et bien sûr quelque part sur un plaid tout doux la petit Wax notre chat fait ronron.

Pour vous, en quoi votre vie est-elle différente ?

Notre vie est singulière car on a le choix sur tout, on est toujours heureux ! On passe enormément  de temps entourés de nos amis, jamais seuls à se morfondre au fond d'un appartement glauque. Des petites choses comme sortir la tête par la fenêtre le matin pour écouter les vagues me permet de savoir si le swell va être trop gros pour moi ou non ! Ce sont ces petits détails qui font la différence. Lorsque tu as goûté à la liberté de cette vie il est impossible de revenir en arrière !

Vous imaginez-vous vivre ainsi à long terme ?

Oh que oui ! Cette vie nous plaît, j'ai du mal à vivre autrement, j'aime ne pas dormir toujours au même endroit et décider en un clin d'oeil d'aller ailleurs. Cet espace paraît petit aux gens mais en réalité c'est un espace privilégié et accueillant, chaleureux et à notre image, on s'est façonné notre paradis.

Quels conseils donner à quelqu'un qui veut vivre ainsi ?

De ne pas avoir peur de sauter le pas, d'être capable de se rendre compte de ce qui est superflu et de ce qui ne l'est pas, il faut être débrouillard et réfléchi, mais quoi qu'il arrive si tu veux tout quitter ce n'est pas une difficulté c'est juste ouvrir la porte de l'aventure et de la liberté !

Mots clés : gypsea surfeurs, ambassadeurs 360 surf | Ce contenu a été lu 11588 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Interview | Le 18/09/2019
Samedi, le Finistérien s'est vu remettre la médaille de champion de France Masters par son idole de toujours.
Interview | Le 12/09/2019
À la veille du Ribeira Grande Pro Junior, le Franco-costaricain est en lices pour remporter le titre continental. Mais il préfère ne pas y penser et se focaliser sur son surf.
Interview | Le 04/09/2019
Le photographe breton basé à Tahiti nous raconte ces dernières semaines de folie sur la vague tahitienne, qu'il a vécu de l'intérieur.