Interview - Entretien avec Laurent Miramon, fondateur de SurfLand

- @oceansurfreport -

Surf Report Maroc est parti à la rencontre d'un grand monsieur de la scène surf marocaine en la personne de Laurent Miramon, fondateur de SurfLand et conseiller technique auprès de la FRMSB.
Laurent a accepté de nous en dire plus sur son école, qui se pose en véritable référence dans le monde de la glisse, en répondant à nos questions.

Bonjour Laurent, peux-tu nous présenter brièvement SurfLand ?

Surfland est la 1ère école de surf au Maroc, elle a 29 ans d'existence et est composée d'une équipe d'experts qui partage et communique la passion du surf et ses valeurs. Surfland s'adresse à tous les âges et tous les niveaux, du débutant au compétiteur.
Avec les stages intensifs, durant les vacances, et les Classes de Mer, nous réalisons quasiment 9 mois de saison, et c'est ainsi que le Surfcamp est devenu exclusif avec les enfants. Nous collaborons avec les différents hôtels de Oualidia pour les formules adultes.


En quoi consiste les classes de Mer ? Côté sportif et coté environnement ?

Les spots de la région sont exceptionnels, avec en particularité l'avantage des conditions de surf dans la baie garantissant une pratique quotidienne et une progression dans les meilleures conditions et en toute sécurité. C'est grâce à ces conditions, avec aussi l'avantage des différents biotopes qu'offre le site, que nous avons développé depuis 1996 la formule « Classes de Mer » avec les écoles.
Il s'agit de séjours « découvertes », dit aussi, classes transplantées, basé sur un projet pédagogique lié aux thèmes du lieu, avec un effet de socialisation des groupes, l'apprentissage du « vivre ensemble ».
Le succès de la formule est basé sur le surf. L'activité en tant que moyen éducatif est fantastique, d'autant plus que les conditions de pratique sont optimales, avec une garantie de 100% de réussite, sans appréhensions, même pour ceux qui ne maitrisent pas la natation.
Grâce à l'activité, les enfants sont beaucoup plus à l'écoute des messages de sensibilisation à la protection de l'environnement, l'écologie, au respect et au partage.


Q: Quels sont les grands champions marocains  qui sont passés par Surfland et qu'en est il de la relève marocaine.?

Nous avons eu une dynamique de « vases communiquants » avec les champions marocains, les frères Sahyoun, Nourredine Joubair, Yacine Ramdani, Ramzi Boukhiam, Othman Choufani,  Adil el Harrif
Nombres de bons surfeurs non compétiteurs ont également acquis d'excellentes bases au sein de Surfland.
Nous gardons un contact permanent avec certains, et en retrouvons beaucoup, grandi, devenus parents, assurant de belles carrières professionnelles.
Cela fait plaisir, d'autant plus que nous accueillons leurs enfants ! dès le plus jeune âge.

Je fais ainsi la transition sur le fait de la relève marocaine : oui il y a bel et bien une relève et la plus prometteuse est celle issue de parents surfeurs, ou qui ont une connaissance du domaine. Ils bénéficient d'un cadre de pratique et d'épanouissement parfait.
C'est en partie ce que l'on peut déjà remarquer au sein des juniors actuels, la majorité sont des enfants de surfeurs.
Cela ne signifie pas que seuls ces enfants pourront réaliser une carrière sportive. Il y a aussi tous ceux qui bénéficient d'encadrement, d'opportunité au travers des clubs ou école de surf. Mais le cheminement est plus complexe, nécessitant beaucoup d'aides financières, car le surf de compétition coute cher, et de plus en plus cher avec la progression de niveau (impératifs de matériel, de déplacement/voyages, d'entrainements physique et pratique,...). Il faut une réelle implication de la société civile, l'engagement des principaux annonceurs avec des partenariats et sponsorings, des subventions.


Un sport-étude Surf au Maroc ? est-ce réaliste ?

Avant le sport-étude, il faut surtout des classes avec des aménagements horaires afin que les élèves puissent bénéficier de plus de temps d'entrainement et de pratique.
L'aménagement peut se faire cas par cas, mais idéalement, il faudrait dans les principaux établissements scolaires une classe par niveau regroupant des élèves sportifs de différentes disciplines, le systèmes pouvant être étendu aux élèves artistes.Cette réflexion existe dans plusieurs établissements, surtout à Casablanca, Mohammedia et Rabat.

Pour avoir un sport-étude spécifique, il faudrait un contingent de surfeurs beaucoup plus importants. D'ici quelques années cela sera envisageable considérant qu'il y a un fort contingent de très jeunes surfeurs (entre 4 et 10 ans) en relève.
Je pense que le meilleur schéma actuellement serait basé sur des classes avec horaires aménagés, l'implication de professeurs d'EPS dans le suivi des programmes d'entrainements physiques et la préparation mentale, la collaboration avec la FRMS pour les programmes d'entrainements pratiques.


 Le mot de la fin ?

Nous ne sommes qu'au début du processus. Le développement du surf au Maroc s'est amorcé depuis longtemps, mais il manquait beaucoup de facteurs. D'ailleurs les champions telss que Yacine, Abdel ou Ramzi ont dû s'expatrier jeunes pour réaliser leur carrière sportive. Aujourd'hui, cela n'est plus une nécessité, les talents peuvent s'épanouir sur le territoire, mais n'en demeure pas moins que dès les 12/13 ans, il faut qu'ils puissent voyager pour participer à des compétitions qui leur permettent de se mesurer au niveau européen, puis international.
Il y a un travail d'encadrement qui se fait, mais trop limité à quelques régions ou spots, par des écoles de surf ou des club. Le rôle des clubs est primordial, une Fédération ne peut pas faire plus sans l'œuvre des clubs à la base.

Toutes les infos sur Surfland Surfcamp.

         
Mots clés : laurent miramon, surfland, classes de mer, surf maroc | Ce contenu a été lu 1113 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs