Surf - Le dernier hippie de Jeffreys Bay

Portrait de Bruce Gold

- @oceansurfreport -

« Qu’il enchaîne les sections à Supers sur sa 8’2 ou qu’il déambule tranquillement dans les rues de la ville sud-africaine, la légende Bruce Gold, tout droit sortie de Morning of the Earth, a mérité le titre de dernier hippie de J-Bay »

Extrait du portrait de Bruce Gold à lire dans le Surf Annual 2016 de Beachbrother Magazine. Le vrai dernier hippie de J-Bay a d’ailleurs le droit cette semaine a son propre film court réalisé par Anders Melchior. A ne rater sous aucun prétexte.

« On dit de Bruce Gold qu’il est le dernier hippie de Jeffreys Bay. Il exècre la compétition dans le surf, 'les compétitions de surf et le mariage sont les deux les plus contre-nature au monde' et tient à préserver son image 'Je ne peux pas me permettre de travailler, cela ruinerait ma réputation.' A J-Bay, Bruce est le gardien de cette époque bénie où les jeunes venaient de toute l’Afrique du Sud vers le Cap Oriental à la recherche de la vague parfaite. D’autres vétérans ont eux aussi montré la voie à la fin des années 60 et 70 pour faire de la ville l’une des plus grandes destinations surf au monde, mais leur nombre s’est réduit comme peau de chagrin ces dix dernières années. Fier représentant de cette époque, Bruce mit les pieds pour la première fois à J-Bay en 1953, mais ne s’y installa vraiment qu’en 1968. »

Découvrez le portrait complet de Bruce Gold par Yves Van Der Meersche dans le Surf Annual 2016 de Beachbrother Magazine, actuellement en kiosque et disponible en ligne.

Beachbrother Surf Annual 2016, 180 pages, 12,90€

Mots clés : bruce gold, hippie, jeffreys bay | Ce contenu a été lu 20482 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Surf | Le 06/10/2017
Le natif de Santa Barbara Ă  l'oeuvre
Surf | Le 21/07/2017
Sa blessure au pied est plus grave qu'il n'y parait