Surf - Décès de Mathieu Schiller à la Réunion - Réactions

Jérémy et Patrick Flores rendent hommage au prof de surf mortellement attaqué par un requin hier

- @oceansurfreport -

La famille Florès a pris la parole aujourd'hui à la suite du décès de Mathieu Schiller. Patrick Florès a surfé à la Réunion et Mathieu Schiller était son "frère". Il est aujourd'hui entraîneur national et encadre les équipes de France. Il est l'entraîneur et le coach de son fils Jérémy, né à la Réunion, étoile du surf mondial et plus jeune surfeur de l'histoire à s'être qualifié pour l'élite mondiale.

 

"Je viens d'apprendre que Mathieu a été attaqué par un requin sur la plage où nous avons grandi, Boucan Canot. C'est vraiment difficile à croire, Mathieu était un grand frère de la Réunion depuis que je suis né. C'est grâce à des frères comme Mathieu, David Legley? que je suis là où j'en suis maintenant, et que nous vivons de notre passion, le surf.

 

Je suis juste très triste de ne pas avoir passé plus de temps sur mon île en compagnie des dallons depuis quelques années. Mais une chose est sûre, c'est que tout ces moments depuis tout petit en compagnie de mes frères de la Réunion m'accompagnent partout dans le monde dans les pires et les plus beaux moments.

 

Tu vas nous manquer Mathieu, merci d'être resté simple et d'avoir partagé tous ces moments, depuis que je suis sorti du ventre de ma mère, sur la plage de Boucan où nous avons grandi. Cela commence à faire beaucoup trop d'attaques de requins depuis le début de l'année à la Réunion. Il faut faire quelque chose maintenant si nous voulons que les nouvelles générations puissent profiter de nos vagues et de l'océan comme nous. Un Guerrier de plus nous à quitté, à très bientôt au paradis bro et garde nous des vagues !"

 

Jérémy Florès

 

 

"Il est parti rejoindre David, Bruno, Christian et tous les autres. Il est parti chercher un endroit où il fait bon surfer entre frères. Mathieu nous a quitté, la même où il est né, la même où il a touché l'océan pour la première fois, Boucan Canot. Mathieu nous a quitté là où il a grandi, là où il a pris ses premières vagues, créé son école de surf, sa marque, son image de local brother, là où il a vécu toute sa vie.

 

Mathieu était un vrai, une bonne petite marmaille, authentique, fidèle en amitié, un passionné. Il y avait très peu de haine en lui. Mathieu était un grand champion de Bodyboard, il avait commencé avec David Legley, dans son club de l'époque, le Aloha Surf Club, et tous les deux ont réussi dans la vie !

 

C'était des frères, mes petits favoris. Je me souviens de ces petites têtes blondes qui se pointaient à la case pour venir s'entraîner. Ils n'avaient qu'un objectif, devenir les meilleurs du monde. Ils vont me manquer. Mais je me console en me disant que je suis sûr qu'ils viennent de se retrouver.

 

Mon chagrin est grand. Je pense à la maman de Mathieu et à ses s?urs. Une famille déjà très touchée par la disparition du papa, un homme bien.

 

J'ai mal, et je ressens beaucoup de haine pour tous les gens qui ont freiné la sécurisation des plages, évolution évidente au regard de ce qui se fait dans tous les pays bien plus écolo que le nôtre.

 

Je ressens beaucoup de haine contre tous ces hommes politiques, tous ces supposés spécialistes, ces écolo bobos. A ceux là, je leur dis de se regarder dans un miroir et ensuite de regardez leurs mains, car ils y verront le sang de Mathieu.

 

Le Préfet aujourd'hui vient de prendre une décision courageuse : le prélèvement. Je vois déjà la réaction des écolos du moment : les requins sont chez eux, touchez pas à mon requin... Alors qu'ils m'expliquent pourquoi quand il y a trop de loups en France, on autorise une chasse ? Pourquoi lorsque les kangourous sont trop nombreux en Australie et qu'ils massacrent les champs agricoles, on autorise le prélèvement ? L'Australie est le pays le plus écolo que je connaisse, et pourtant ils ont placés dans l'océan des filets anti requins dans les zones balnéaires depuis longtemps. De même qu'en l'Afrique du sud.

 

Les filets peuvent tuer quelques spécimens de la faune marine ?

 

Au prorata, les Australiens ont compris depuis longtemps qu'il fallait mieux se battre contre les massacres opérés par les bateaux usines, de millions de poissons, de baleines, de requins, dauphins et autres, que de se priver de stations balnéaires créatrices d'emplois, et sécuriser leurs plages pour leurs citoyens.

 

N'en déplaise à Huguette Bello, et avec tout mon respect pour son engagement politique depuis des années, la protection des plages réunionnaises doit être une priorité, pas seulement pour les surfeurs, qui pour l'instant sont en première ligne, donc les premiers attaqués.

 

Mais demain si on interdit le surf, les requins iront voir plus près. Et plus près Madame Bello, cela veut dire que ce seront les baigneurs qui seront attaqués. Et les requins ne distinguent pas les réunionnais ou les touristes, qu'ils soient blancs, noirs, jaunes, ?requin lé pas la ek ca, lo gou lo sang lé pareil? !

 

Celui qui dit que le requin n'aime pas la chair humaine est un menteur. Dans beaucoup d'attaques, le requin revient à la charge plusieurs fois. Je suis le sélectionneur national de surf, j'ai appris à surfer à ...Boucan Canot à l'âge de 9 ans.

 

J'ai surfé ce spot toute ma vie avant d'aller voir ce qui se passait ailleurs. J'y ai surfé le jour, la nuit, pendant les cyclones, après les plus grosses pluies, jusqu'en 1989, date de la première attaque de requin à la Réunion et le décès d'un grand espoir du surf réunionnais à Sainte-Rose, Bruno Giraud, qui à l'époque où j'étais déjà coach des équipes de la Réunion était mon poulain. Je n'avais jamais vu un requin sur Boucan, jamais !

 

La plupart des surfeurs sont des pêcheurs, et eux aussi vous diront la même chose. Les plongeurs également.  Alors lorsque j'entends que les requins sont chez eux, je réponds que non. C'est nous et cette mode tout écolo qui avons créé un "parc à requins " avec la réserve marine devant les plages les plus prisées de l'île, et un dispositif de concentration de poissons à Saint-Paul. Alors que nous avons tout le sud sauvage, le sud est, et le nord sans plages.

 

Je ne dis pas qu'une réserve n'était pas souhaitable. Il est vrai que plonger à Boucan canot et revoir autant d'espèces de poissons, plus vues depuis mon enfance est un vrai plaisir. Mais un accompagnement adéquat aurait du être décidé.

 

Je sais que les critiques vont pleuvoir à la publication de cela, mais mon petit frère lé mort, nout ti dalon la parti. Oui mon c?ur lé gros, oui lu lé chagrin, mais mon sang la tourné aster, et na point rien y gagne fait ferme mon bouche !"

 

Patrick Florès

 

 

Source : http://www.linfo.re

 

Crédit Photos : Quiksilver

Mots clés : deces, mathieu, schiller, reunion, reactions | Ce contenu a été lu 36773 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs