XXL - Portugal : À Nazaré, l'interdiction de surfer est levée

Mais de strictes restrictions devront être appliquées.

- @oceansurfreport -

La décision de la ville de Nazaré, via la Capitainerie du port de Nazaré, est entrée en vigueur le 4 novembre dernier et devait durer au moins quinze jours avant une réévaluation de la situation générale. Elle aura duré plus d'un mois. Hier soir au Portugal, l'annonce officielle a fait le tour des journaux télévisées avant de connaître une résonance internationale. Comme l'a notamment affirmé le quotidien sportif portugais "Record" : l'interdiction de surfer à Praia do Norte (Portugal), instaurée suite au swell Epsilon, est désormais levée.

Un rassemblement trop conséquent

"C'était prévisible, il y avait au moins 20000 personnes autour du spot. On se serait cru dans un stade de foot !", avait lancé Nic Von Rupp dans un vlog. C'était au tout début du mois de novembre, quelques jours après une journée que le surfeur portugais avait qualifié d'"historique". Un ex-ouragan de catégorie 3, de passage au large de la façade Atlantique de l'Europe, réveillait la plupart les spots de gros du Vieux Continent à l'image de Mullaghmore, Belharra et bien sûr, Nazaré, le 29 octobre. Mais le spectacle suscité par la petite cité de pêcheurs et son canyon qui maximise la taille de la houle a dépassé les frontières du surf. En pleine période de pandémie mondiale, la foule rassemblée dans ce théâtre à ciel ouvert est une scène que les acteurs politiques locaux ne souhaitait plus voir. Alors le 4 novembre dernier, la municipalité de Nazaré, qui a multiplié ses investissements pour promouvoir cette vague gigantesque et mobilisé des moyens logistiques colossaux ces dernières années, prenait la décision d'interdire la pratique du surf, en concertation avec la Commission nationale de la santé du Portugal.

De nouvelles mesures

Mais plus de cinq semaines ont passé. Et ces derniers jours, une dépêche publiée par le chef de la Capitainerie du port de Nazaré, Zeferino Henriques, a indiqué que sur décision du délégué à la santé du Groupement des centres de santé (ACES), les pratiques du "free-surf" et du "tow-in" étaient désormais autorisée à Praia do Norte. Malgré cela, de strictes restrictions sont à noter, notamment une autorisation valable "uniquement en semaine, entre le lever du soleil et 13 heures".

Le maire de Nazaré, Walter Chicharro, a salué la solution proposé par le chef de la Capitainerie. Mais celui qui, depuis son élection en octobre 2013 a fait de Nazaré un projet politique et touristique, regrette que la Direction générale de la santé (DGS) n'ait pas encore réagi au plan d'urgence établi par la municipalité. Ce dernier, réalisé en étroite collaboration avec la protection civile, les pompiers volontaires et la capitainerie du port de Nazaré, prévoit notamment de limiter le public attiré par le spectacle à "un maximum de 2 500 personnes, réparties sur trois zones distinctes".

Si ces décisions pressent, c'est parce que la houle n'attend pas. Notamment cette semaine avec la rentrée d'un joli swell en prévision. De plus, la waiting-period du Nazaré Tow-in Surfing Challenge a été lancé début novembre. "La World Surf League a confirmé que la compétition pouvait se dérouler sans public", a déclaré à "Record" Walter Chicharro.

Vers des sessions XXL à huis-clos ?

Photo à la une : ©Red Bull Content Pool

   
Mots clés : nazaré, covid-19, interdiction, portugal, coronavirus | Ce contenu a été lu 3194 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Santé | Le 12/01/2021
Le docteur Jean-Pierre Daulouède, médecin, psychiatre et addictologue et Augustin Voisin, éducateur spécialisé, s'étendent sur les effets psychologiques de l'absence de pratique en temps de confinement chez les surfeurs.
Région | Le 11/12/2020
Allier ses deux passions - le surf et l'image - pour faire passer un message.