Surf - Maps to Nowhere dernier épisode

Matt, Jordy et Soli se sont mis en quête d'un trésor bien plus beau qu'ils ne l'espéraient.

- @oceansurfreport -

 

Vous vous souvenez sûrement que dans le 3ème épisode chaque surfeur donnait son ressenti sur le trip et sur ce qu'il a pu lui procurer comme sentiment. Anne Dos Santos expliquait qu'elle avait renoué avec l'essence même du surf et Jordy Smith semble partager son avis. "Je pense que c'est ce qu'est vraiment le surf, vous savez, partir pour trouver des endroits où il n'y a personne et juste te retrouver toi et tes amis à scorer de bonnes vagues." Dans ce dernier épisode Matt RodeJordy Smith et Soli Bailey, qui aura d'ailleurs participé à deux des trips, sont parti au delà des la carte. Cette fois, fini les boardshorts et les coups de soleil, place à la cagoule et aux gants !




Ce trip est particulier et se démarque des trois premiers. Pour la première fois de la série, ils ne dormaient pas dans une maison en dur, mais bien dans une tente parce qu'il n'y avait absolument aucune âme qui vivait à l'horizon. C'est aussi la première fois qu'un jet ski accompagnait le groupe dans l'eau. Ensuite, ils ne visaient pas un slab, un banc de sable ou un reef en particulier mais toute une côte. Matt et les autres savaient d'avance qu'il y avait bien un slab en droite et un beachbreak. C'est devant ce dernier qu'ils ont décidé de dormir. Mais cette fois ils ont décidé d'explorer davantage les alentours, qui semblaient regorger de pointbreaks et de quelques beachbreaks. L'aide des locaux fut plus importante que dans les trois premiers épisodes, où elle était simplement mentionnée par Matt en voix off. 


Matt avec un local


Si vous possédez quelques connaissances en géographie et en météorologie, les infos qui vont suivre vous permettront peut être de retrouver la localisation de cette pointe en haut de laquelle ils ont installé leur campement pour la semaine. "Il fait super froid la nuit puis chaud, voire très chaud dans la journée." Comme c'est le cas dans certains pays. Mais c'est tout de même amusant de voir Jordy grelotter en doudoune au petit matin, puis torse nu en boardshort à midi. Le froid glaçait tellement les garçons qu'ils restaient au-dessus du feu jusqu'au dernier moment, avant de se jeter à l'eau. Rare était la végétation qui poussait dans les steppes environnantes. Les animaux sauvages eux aussi étaient rares. "Il y a toujours du swell, mais le vent est plutôt difficile à évaluer." Matt Rode a repoussé à trois reprises le départ. 



Le premier jour, le groupe a fait "simple" et a décidé de surfer au plus proche, ce qui ne fut pas une mauvais choix. Jordy, qui pourtant a vu défiler un sacré paquet de vagues affirmait ceci : "c'est ce qu'un beachbreak peut offrir de mieux à cette taille". "30 heures, ça en vaut la peine ! " s'exclamait Soli après la première session. 



Jusqu'à présent, les différents groupes qui sont partis avec Matt Rode n'ont essuyé aucun échec. Pour la deuxième journée, le jour n'avait pas encore pointé le bout de son nez que les trois surfeurs étaient déjà sortis de leur tente. Cette fois, ils voulaient checker le slab et, au vu de la houle qui avait grossi, ils l'imaginaient être plutôt agressif. Une fois devant, Matt s'est demandé comment sortir de ce barrel. Après observation, une houle légèrement plus ouest offrirait une porte de sortie. Ils retournèrent donc voir les autres reefs alentours, mais hélas sans succès. "Dans la région, les reefs ont beaucoup de potentiel mais les conditions ne semblaient jamais toutes réunies pour une session."


Le slab


Malgré cela, les trois compères étaient loin d'être déçus. Même si, sur le papier ils étaient venus pour ces slabs et ces reefs, leurs intentions étaient en réalité toutes autres. Ce que Jordy et Soli ont le plus apprécié, c'est la déconnexion. Ils surfent des vagues parfaites régulièrement mais en revanche ils ne se retrouvent jamais seuls au pic. "J'aurais sûrement voyager aussi loin quoiqu'il arrive pour surfer des vagues sans personne." Être constamment sous le feu des projecteurs devient épuisant pour le top des surfeurs évoluant sur le WCT. Un trip pareil, ça ressource et des liens d'autant plus forts se créent lorsqu'il n'y pas une barre de réseau. Revenir aux choses essentielles, voilà ce qui leur importait le plus. Une douche au bidon, dormir en tente autour d'un feu et discuter de tout et rien. "Un fermier va passer nous donner du bois pour le feu et c'est la seule personne qu'on verra pendant des jours". En revanche pour Jordy, le camping ce n'est pas trop son truc, il a choisi de dormir paisiblement dans son SUV.


L'Oréal parce que vous le valez bien


Retour sur leur banc de sable habituel, où les vagues sont plus grosses que la veille. Les deux mains dans le barrel pour le Sud-Africain, gros enfermement pour Matt, board en deux pour Soli, l'équipe s'est bien amusée à l'eau. Cette série nous aura donné de belles leçons de vie. Nous aurions presque aimé le double d'épisodes, mais une deuxième saison pourrait tout autant nous satisfaire, Matt Rode si tu lis ces lignes... 


La fermante de Matt Rode


 

               
Mots clés : maps to nowhere, matt rode, soli bailey, jordy smith, o'neill | Ce contenu a été lu 2773 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs