Surf - Au Mexique, un mois d'août pas comme les autres

Partir toujours plus deep, rester enfermé le plus longtemps possible, sortir au dernier moment.

- @oceansurfreport -


En Europe, on a largement chanté les louanges de la tempête "Kyle" à la mi-août. Cette dépression surprise, qui s'était formée sur la côte Est des États-Unis, a été reprise dans le courant océanique pour atteindre les îles britanniques et délivrer des houles surprises dans le secteur sud-ouest du Vieux Continent. C'était solide et massif dans les Landes et au Pays Basque. C'était gigantesque à Nazaré avec son canyon qui maximise les effets de la houle.

Il faut croire qu'à 9000 kilomètres de là, sur la côte ouest du Mexique, les conditions étaient également au rendez-vous. Et il n'en fallait pas plus pour motiver l'Américain Jacob Szekely. Après avoir jeté un oeil aux modèles de prévisions météorologiques, le premier homme à avoir replaqué un "Superman Air Fingerflip" a réservé son vol et pris la direction de l'Amérique Centrale. Et il n'était pas seul.

En tracté et (surtout) à la rame, ils étaient plusieurs à repousser les limites de l'engagement sur les beachbreaks mexicains et jouer avec la vitesse de déferlement. Partir toujours plus deep, rester enfermé le plus longtemps possible, sortir au dernier moment. 

Réalisation : Max Beyer

 
Mots clés : mexique, mexico, puerto escondido, beachbreak, amérique centrale | Ce contenu a été lu 4151 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 07/10/2021
Dans Sunflower II, le résident du Portugal charge sans sourciller.
Région | Le 29/09/2021
Il y a quelques années, un peu de soleil et du surf à la cool pour les trois californiens.
Voyages | Le 16/09/2021
Planifier un surf trip à l'étranger en période de COVID, ou le parcours du combattant.