Surf - Nate Zoller, de la Baja California à l'Irlande

- @oceansurfreport -

Le trait d'union entre la Baja California et l'Irlande ? Les bonnes vagues, et la volonté de Nate Zoller de scorer à tout prix. Il a confié à Roark son obsession pour la poursuite des vagues aux quatre coins du globe, et la récompense au bout du chemin :

"J'ai une légère obsession avec les prévisions. Si je repère un swell en approche, je le suis jusqu'au bout et mon esprit s'égare dans un labyrinthe d'opportunités inexploitées. Ca commence toujours par une seule question : 'Est-ce que ça vaut le coup ?'. Conduire des jours à la recherche de quelque chose qui ne montrera pas le bout de son nez. Dormir dans des aéroports, rater des correspondances. Tout ça pour le sentiment de nouveauté. Avec les toutes dernières technologies de prévision disponibles, c'est à celui qui saura lire le mieux les cartes.

La Baja California est un endroit qui se mérite. Et quand un ouragan commence à quitter Cabo, mon esprit est à l'affut. Il suffit d'être là pendant LA fenêtre de six heures où tout s'aligne. Une semaine plus tard, j'étais dans un avion vers la partie continentale du Mexique. J'ai entendu que les bancs de sables étaient mauvais et les vents aussi. La saison des pluie avait été violente, les routes étaient inondées et les moustiques gouvernaient la région. Rien n'était prometteur sauf la houle, assez pour appuyer sur la gâchette et s'y rendre en personne. Nous nous sommes garés quelques kilomètres avant la plage et avons dû marcher entre les étangs remplis de moustiques. Vous pouviez entendre le grondement sourd du shorebreak à une demi-heure de marche. Il se trouve que la première arrivée de houle avait calé le banc de sable et nous avons été accueillis par un joli pointbreak de 2m50-3m. Les jours suivant étaient semblables pour le petit groupe de personnes qui avait tenté le pari.

Notre voyage en Irlande est parti des typhons asiatiques. Nous étions en train de jeter un oeil à Taïwan quand une houle propre s'est annoncée en Irlande. Nous avons changé notre fusil d'épaule et sommes partis. Comme le disent les surfeurs irlandais : « Si vous arrivez et que les vagues sont bonnes, c'est que vous êtes déjà en retard ». Il peut tomber une pluie glacée et la seconde d'après un arc-en-ciel vous éblouit et le whiskey vous réchauffe. Au final, quelques slabs au large nous ont offert de belles vagues et de nombreuses pintes de Guinness ont été tirées. Mission accomplie."
  
Mots clés : nate zoller, baja california, irlande, roark | Ce contenu a été lu 1672 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Surf | Le 20/11/2016
Sans néoprène
Surf | Le 13/03/2015
Contrastes