Voyages - Un trip le long des côtes sauvages de la Galice

"Le vent off-shore, la lumière et la route en pente qui mène au spot sont un peu comme une invitation."

- @oceansurfreport -

Paul Serin, Maxime Chabloz, Mallory de la Villemarqué, Hendrick Lopes, Marcela Witt et Roberto D'Amico appartiennent au team Manera et ils sont partis ensemble en Galice l'année dernière. Tous ont un style bien à eux mais ils sont unis par l'amour pur et profond qu'ils nourrissent pour l'océan. 

Paul Serin - « Une chose que j'ai apprise au cours des trips c'est qu'il faut prendre ce qu'il y a à prendre et pour ce qui est du repos, c'est une fois que le trip est fini. »



Ce petit film a immortalisé leur périple. À la manière des pèlerins qui empruntent ces routes pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle, les rideurs sont partis à la recherche du plaisir pur de la glisse. Ils ont sillonné la côte avec pour seule préoccupation les conditions qu'ils allaient trouver en chemin et qui déterminaient le type de matériel qu'ils allaient utiliser à l'eau. 



Paul Serin - « Il n'y a pas de trip parfait quand on joue avec dame nature, on a beau planifier tous les plans B du monde si elle ne veut pas coopérer cela ne sert à rien. Ce trip aura encore une fois été une belle leçon de vie et d'aventures aux côtés d'athlètes incroyables. Un peu comme des aventuriers à la recherche d'une terre vierge, un peu comme des alpinistes à la recherche d'un nouveau sommet à gravir, il y a nous, le team Manera, à la recherche de spots et de conditions pour faire ce que l'on fait de mieux, glisser sur l'océan. »



Ce groupe de riders est avant tout lié par l'amitié et une passion commune pour les sports de glisse. Ils se sont embarqués dans un road trip au cours duquel le confort était loin d'être la priorité. C'est leur soif d'aventures qui les a poussé à prendre la route et ils n'ont pas été déçus du voyage. 

Paul Serin - « Les portes du van claquent, les moteurs se mettent à ronronner, c'est parti, la Galice, on arrive. Cette fois-ci pas de camping-car, mais des bonnes vieilles tentes et un sac de couchage pour dormir le soir. C'est mon 5ème trip avec Manera et je sais à quoi m'attendre, c'est roots et c'est aussi ça qui fait le charme de ces trips. »



Des sessions de kite, de surf, de foil ont rythmé leur trip le long de la côte sauvage et escarpée galicienne, contre laquelle viennent se casser des vagues puissantes qui leur ont permis d'exprimer le talent singulier dont ils sont dotés dès qu'ils entrent en contact avec les éléments. Ils ont aussi pu s'imprégner de la beauté de la nature en cet endroit de la côte Atlantique



Paul Serin a retranscrit ce trip peuplé de belles sessions mais aussi de moments de bonheur et de partage vécus sur la route. En voici deux extraits qui vous donneront des envies d'évasion : 

« C'est à partir du moment où l'on passe plus de temps à rouler dans une journée qu'à rider que les sourires s'effacent un peu, mais c'est le jeu. Nous arrivons en fin d'après-midi sur la plage de Nemina, l'endroit est juste magnifique, le vent off-shore, la lumière et la route en pente qui mène au spot sont un peu comme une invitation. »

« On trouve au retour une petite crique pour faire du surf foil et en prime le soleil fait son apparition. Le vent nous a définitivement quitté alors on enchaîne les sessions de surf tout en remontant vers la frontière. »



Le dicton « marche avec ton cœur et non avec ta tête » illustre à merveille le voyage de ces passionnés de glisse partis en quête de conditions ultimes.

Par Ondine Wislez Pons
-Vidéo par Olivier Sautet


          
Mots clés : gallice, surf trip, road trip, kite surf, surf, foil, espagne, france, manera | Ce contenu a été lu 3188 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 25/05/2022
Seize minutes de tubes, d'air et de finless.
Voyages | Le 20/05/2022
Dans un mood à l'ancienne où le partage entre potes est au même niveau que la performance à l'eau.
Surf | Le 01/04/2022
Direction les Açores, dans l'œil de l'Américain Jackson Lebsack.