Interview - Tête à tête avec Greg Long

Héros du surf de gros

- @oceansurfreport -

Originaire de Santa Cruz, c’est non loin de chez lui, à Cortes Bank, qu’il a connu un grave accident de surf en 2012 qui a failli lui coûter la vie. Rescapé, cette expérience qui aurait pu être traumatisante, le laisse sans séquelle. Après une période de repos et de réflexion, il reprend sa vie de chasseur de grosses vagues. Aujourd’hui, il partage son expérience à travers le monde afin de sensibiliser à la pensée positive pour surmonter les échecs.

Il y a quelques mois nous l’avions rencontré à l’occasion de sa venue en France pour l’une de ses conférences. Une belle leçon d’humilité.

Bonjour Greg ! Le commun des mortels te regarde charger des vagues monstrueuses tout au long de l’année. Penses-tu que n’importe qui, avec le bon entraînement, peut faire ce que tu fais ?

Tout le monde a en soi cette capacité à confronter et embrasser ses peurs. Tout dépend uniquement de ta motivation et de ton désir d’y arriver ou non. C’est très simple de vivre dans ce monde et de se contenter du minimum, de rester dans sa routine. Plus on se force à sortir de cette petite bulle plus on réalise que le monde est bien plus grand que ce que l’on croyait. C’est très excitant !

Que conseillerais-tu à un surfeur au niveau moyen pour l’aider à affronter les houles hivernales ?

La préparation physique c’est la clé pour réussir beaucoup de choses dans la vie et en particulier dans le surf. Il faut réduire au maximum les risques avant d’aller à l’eau. Et il faut aussi s’armer de patience. Apprendre est un processus. Certaines personnes ont la faculté de tout réussir du premier coup mais la plupart d’entre nous, moi y compris, devons passer par un sérieux entrainement. Et évidemment il faut être motivé et ne pas se laisser abattre par les moments de frustration.

En parlant de préparation physique, combien de temps peux-tu retenir ta respiration ?

Environ 5 minutes. Pour y parvenir j’utilise des techniques de relaxation et je fais beaucoup de yoga. Avoir un entrainement psychologique, presque spirituel, aide à comprendre ce qu’il se passe dans ton esprit, à analyser tes émotions. Pouvoir contrôler tout ça est essentiel pour faire face à des situations chaotiques dans le surf de gros.

A quel point l’esprit contrôle-t-il le corps ? Quelle est la limite selon toi ?  

C’est propre à chacun, et c’est en constante évolution également.  Parfois je vais à l’eau et je ne me sens pas bien physiquement. Dans ces moments peu importe les années d’entrainement derrière moi, je ne peux pas me forcer à être au maximum. Je dois accepter que je ne serai pas à 100% ce jour-là. A d’autres moments je me sens hyper bien dans mon corps, dans ma tête, et je peux me dépasser.

Ton opinion sur le surf pro et le tour mondial ? Les surfeurs ont-ils perdu l’esprit core du surf ?

Non je ne pense pas, le surf pro ne s’est jamais aussi bien porté. Tout le monde travaille à l’unisson maintenant. Les surfeurs pros aujourd’hui sont de vrais athlètes passionnés, et motivés. Oui avec l’argent, les dollars, les sponsors, les choses ont changé mais c'est vrai dans n'importe quel autre sport. Il y a toujours l'amour de la performance et c'est ça le plus important.

Photo : Greg Long at Dungeons, South Africa by Al Mackinnon

Mots clés : greg, long, interview, surf-report, big, wave, rider | Ce contenu a été lu 4157 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Région | Le 12/03/2020
Ou comment figer l'atmosphère familière et l'ambiance d'un lieu authentique.
XXL | Le 05/12/2017
À plus de 150 kms des côtes californiennes
Le meilleur du Surf & Bodyboard sur Instagram