Interview - Interview de Damien Castera

Spécial MATOS

- @oceansurfreport -

Avec la sortie de la rubrique Surf Report MATOS 2013 retrouvez chaque semaine l'interview "technique" d'un pro ou amateur de Surf, Bodyboard, SUP... 

Aujourd'hui, découvrez l'interview "spécial matos" du surfeur basque, Damien Castera ! 

Fiche Signalétique :

Nom : Castera

Prénom : Damien

Surnom : Pachamama

Date de naissance : 11/12/1983

Résidence : Anglet

Taille : 1m80

Poids : 80kg

Stance : goofy

Sponsors : Oneill, Minvielle Surfboards, Mundaka optic, Quiver, Madness

Spots favoris : G-Land

Surfeurs favoris : Mark Occhilupo

 

OSR : Salut Damien, comment vas-tu ?

Damien Castera : L’hiver s’en va, l’été s’installe. Tout va pour le mieux.

 

OSR : Peux-tu te présenter brièvement pour les internautes d’Océan Surf Report ?

DC : Je suis un free surfeur touche à tout, surfant aussi bien en longboard qu’en quatro, twin, single et alaia. Je passe beaucoup de temps en voyage, l’exploration étant ma grande source de motivation. J’essaye de découvrir des endroits reculés du monde dans lesquels, avec un ou deux potes, je profite du bon vivre.

 

OSR : Qu'est ce que tu aimes dans  le surf ?

DC : Evidemment, il y a l’adrénaline, le bonheur d’être dans l’eau, le partage avec les copains, la nature… Mais ce que j’aime le plus, c’est la tranquillité. Ce sentiment de plénitude total que l’on éprouve sur un spot secret, loin de tous. C’est un peu comme une marche en montagne seul, l’instant est solennel, en groupe tout se transforme. Le surf c’est un sport d’égoïste, une relation privilégiée avec l’océan et les paysages. La relation se dégrade lorsqu’un spot devient saturé de monde.

 

OSR :  Depuis combien de temps pratiques-tu le surf ?

DC : J’ai commencé à 11 ans par le shortboard, et quelques années plus tard je me suis mis au longboard.

 

OSR :  On sort de la période hivernale sur Anglet, comment as-tu géré ton hiver pour continuer à surfer (trips, triple couche de néoprène, nombre réduit de sessions)?

DC : Novembre-décembre j’ai voyagé en Chine et en Nouvelle-Zélande. En février, le temps maussade m’a fait fuir en Algarve dans le sud du Portugal. J’ai également beaucoup surfé chez moi à Anglet. Pour la première fois, j’ai testé la cagoule et les gants et je dois dire que c’est le grand confort.

 

OSR :  Tu préfères une session à la maison dans l’eau froide ou l’évasion vers des cieux plus cléments ?

DC : Je préfère une session à la maison avec pas grand monde dans l’eau qu’une session à padang padang avec 40 surfeurs au peak.

 

OSR :  Tu fais partie des surfeurs européens les plus polyvalents. Ça tombe bien justement on est en pleine rubrique matos, on va donc parler polyvalence. Je vais t’énumérer des destinations que tu connais, donnes moi l’unique planche que tu emmènerais si tu devais y retourner.

Portugal ? Longboard

Indo ? Single

Mexique ? Quatro

Royaume Uni ? Longboard

Anglet ? Twin

Caraïbes ? Twin

Californie ? Longboard

 

OSR :  Tes planches, tu les choisis comment ?

DC : Selon l’humeur… J’aime changer, découvrir de nouvelles sensations. Ça fait trois ans que je suis à fond dans le twin fins, avant c’était le single, maintenant je passe au quatro et thruster.

 

OSR :  Ton quiver actuel ?

DC : 9’1 Minvielle/quiver longboards, 5’8 Minvielle twin, 5’6 minvielle Quatro, 6’10 Minvielle bonzer, 6’ Alaia Hiddenwood. Voilà pour les planches que je surfe régulièrement, mais j’en ai quelques autres au garage.

 

OSR :  Il a beaucoup évolué ces dernières années ? Qu’est ce que tu y as changé ?

DC : J’ai commencé avec des planches larges, épaisses et assez old school, mais je diminue de plus en plus mes côtes en revenant vers des planches plus traditionnelles. Par contre je garde un certain style de template et des planches assez plates.

 

OSR :  Tu te lances dans la mode des shapes perso ?

DC : Non pas pour l’instant ahah !

 

OSR :   Le néoprène pour toi, c’est plutôt « moins j’en ai mieux c’est » ou bien « plus j’ai chaud mieux c’est »? Tu sors les gants, la cagoule et les chaussons ou bien tu t’en tiens à une bonne combinaison? 

DC : Normalement j’étais plutôt du style à surfer tout l’hiver en 3/2 sans chausson ni cagoule. Mais cet hiver j’ai sorti la panoplie complète. Au vu de la qualité du néoprène O'neill, ça serait dommage de ne pas profiter du confort. Et puis je pars en Alaska cet été, donc je me suis entrainé à porter l’armure…

 

OSR :  Tu as quelques contests de prévus cette année ? Des objectifs, des trips ?

DC : Aucun contest de prévu, peut-être juste les championnats du monde, on verra bien. Sinon je pars au Costa Rica dans une semaine et en Alaska au mois d’août et septembre.

 

OSR :  L’extra-surf se passe comment pour toi ? Tu restes focus en checkant les derniers edits vidéo et les prévisions des jours à venir, ou tu passes complètement à autre chose ?

DC : Je passe complètement à autre chose. J’aime aller en montagne, visiter le pays. Je passe pas mal de temps à lire et à écrire. Sinon, pour garder la condition, je me suis inscris aux training du dragon stadium. Je suis coaché par Fred Rado qui s’occupe bien de ma condition physique.

 

OSR :  Surf Report, ça te dit quelque chose ?

DC : Évidemment, qui ne connaît pas ! Un bon moyen de se faire une idée du line up depuis la couette… De plus en plus de bons articles et de vidéos.

 

OSR :  Un dernier mot, des remerciements ?

DC : Merci à mes sponsors de continuer à m'aider en ces temps de crise, à Fred Rado pour les courbatures aux abdos, à la famille et aux potos…

Source photos : Damien Castera facebook

Crédit photo : Laurent Gaden

Mots clés : interview, damien, castera | Ce contenu a été lu 7405 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 28/08/2020
À la veille du départ de la Grande Boucle, le surfeur réunionnais se confie sur sa passion pour le cyclisme.
Pédagogie Météo | Le 14/04/202...
Entretien avec le surfeur français expatrié à Rochester, dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.