Interview - Interview exclu de Jérôme Blanco

Spécial MATOS

- @oceansurfreport -

Avec la sortie de la rubrique Surf Report MATOS 2013 retrouvez chaque semaine l'interview "technique" d'un pro ou amateur de Surf, Bodyboard, SUP... 

Aujourd'hui, découvrez l'interview "spécial matos" du champion du monde de Kneeboard, Jérôme BLANCO ! 

 

Fiche Signalétique :

Nom : Blanco

Prénom : Jérôme

Surnom : Djé ou Jéjé

Date de naissance : 29/09/1969

Résidence : Anglet

Taille : 1m77

Poids : 79 kg

Stance : Toujours frontside !

Sponsors : Pas de sponsors mais des partenaires matos comme Patagonia, Surf System (Pro lite), les planches Stark

Spots favoris : Indonésie et Guéthary

Surfeurs favoris: Mark Occhilupo, Cheyne Horan, Derek Hynd, Dane Reynolds, Simon Farrer (kneeboardeur australien), la Mouche, les grands anciens de Guéthary.

Musique du moment : Baxter Dury, Mgmt, Artic Monkeys, XX, Alt-J, Neil Young, David Lynch, Franck Ocean etc...


Océan Surf Report : Salut Jérôme, comment vas-tu ?

Jérôme Blanco : Très bien, après mon titre de champion du monde Grand Masters et avant le retour en métropole (mi-août) je profite à fond des vagues polynésiennes à Tahiti, Raiatea et Moorea.

OSR : Peux-tu te présenter brièvement pour les internautes d’Océan Surf Report ?

JB : Natif de St. Jean de Luz, j'ai grandi et pris mes premières vagues à Biarritz. Je pratique le Kneeboard depuis plus de 20 ans. Professionnellement, je travaille pour le groupe Sud Ouest comme commercial publicité tout en rédigeant la rubrique hebdomadaire "les Echos du Tube".


OSR : Peux-tu présenter ta discipline pour les internautes qui ne la connaisse pas ?

JB : Le Kneeboard existe depuis les origines du surf et a grandement influencé la transition historique entre le longboard et le shortboard. Aujourd'hui, la planche de Kneeboard ressemble beaucoup à une planche de surf en un peu plus court (entre 5'6 et 6' en général) et plus large (entre 22 et 23"). On peut pratiquer avec ou sans palmes, mais la majorité des pratiquants utilise des palmes. La posture à genoux abaisse le centre de gravité, ce qui rend l'équilibre plus facile. En revanche la technique pour les manœuvres nécessite pratique et persévérance. La récompense est la grande facilité pour négocier les tubes. Le Kneeboard se pratique idéalement dans des vagues creuses.


OSR : Comment es-tu arrivé au Kneeboard ?

JB : J'ai commencé par le surf, puis j'ai dû faire une pause forcée car mes parents voulaient que je sois plus concentré sur ma scolarité... Ensuite j'ai eu l'occasion de tester le Kneeboard grâce à une planche trouvée dans le mythique surf shop Hangar à Biarritz, et j'ai tout de suite accroché.


OSR : Qu'est-ce que tu aimes dans ce sport ?

JB : Le côté non conventionnel. C'est un engin idéal pour tuber, l'essence même du surf et pour appuyer à fond dans les virages ! Ensuite, c'est une discipline qui conserve, j'ai vu des gars de plus de 50 ans fracasser lors des mondiaux à Tahiti. David Parkes, 53 ans, a même passé un énorme air !


OSR : Depuis combien de temps pratiques-tu cette discipline ?

JB : Depuis l'obtention de mon BAC, il y a plus de 20 ans !


OSR : On est sorti de la période hivernale au Pays Basque, comment as-tu géré ton hiver pour continuer à pratiquer (trips, triple couche de néoprène, nombre réduit de sessions)?

JB : Pas de gros trips si ce n'est l'Andalousie, quelques vagues et la Cantabrie. Pour le reste, un peu de surf à la maison entre Biarritz et Guéthary avec combinaison intégrale, chaussons et en fonction du froid, la cagoule et les gants.


OSR : Tu préfères une session à la maison dans l’eau froide ou l’évasion vers des cieux plus cléments ?

JB : On préfère tous les vacances et le surf sur des destinations exotiques, mais les sessions à la maison c'est sympa, avec pas trop de monde, c'est aussi magique.


OSR : Je vais t’énumérer des destinations, donne-moi l’unique planche que tu emmènerais si tu devais y aller ?

Indo ? 5'11 tri fin pintail.

Tahiti ? 5'11 tri fin pintail.

République Dominicaine ? 5'8 trifin rounded tail

Guéthary ? 6'2 trifin round pin.

Australie ? 5'10 trifin round pin.

J'ai un faible pour les 3 dérives même si les quatro sont très répandus dans le Kneeboard.


OSR : Tes planches, tu les choisis comment ?

JB : Elles sont le fruit d'un long processus d'affinage des côtes au fil des années. Elles sont toutes faites sur mesure. Cela fait de nombreuses années que JP Stark, le Al Merrick français, me shape mes planches.


OSR : Qu’est ce que tu as changé dans le choix de tes planches ?

JB : Peu de choses finalement, quelques légers ajustements d'une planche à l'autre. J'ai rajouté un peu de largeur sur le nose dernièrement avec les Al's Brothers qui shapent sur le bassin d'Arcachon. Pour une planche destinée aux vagues plus plates ou aux swells un peu désordonnés, ça marche.


OSR :   Le néoprène pour toi, c’est plutôt « moins j’en ai mieux c’est » ou bien « plus j’ai chaud mieux c’est » ? Tu sors les gants, la cagoule et les chaussons ou bien tu t’en tiens à une bonne combinaison? 

JB : Le top c'est d'avoir chaud avec le moins de néoprène possible ! Mon partenariat avec Patagonia me permet de surfer avec des combinaisons peu épaisses (3 mm en hiver) mais chaudes grâce au revêtement intérieur lycra-laine mérinos. S'il fait très froid ou venteux, je n’hésite pas à mettre gants et cagoule afin de garder mon énergie pour surfer plus longtemps.


OSR : Tu viens d’être sacré Champion du monde de Kneeboard, t’es-tu fixé d’autres objectifs ? Des trips ?

JB : J'aimerais accrocher encore 1 ou 2 titres de champion de France et continuer à participer aux mondiaux tous les 2 ans. Côté trips, le voyage a toujours tenu une place importante dans ma vie et dans mon budget ! Je pense repartir en Indonésie l'an prochain pour la énième fois ou au Chili, destination qui me branche vraiment. D'ici là, il y aura les championnats de France et l'opportunité de découvrir la Vendée que je ne connais pas.


OSR : L’extra-surf se passe comment pour toi ? Tu restes focus en checkant les dernières vidéo et les prévisions des jours à venir, ou tu passes complètement à autre chose ?

JB : La rédaction de ma rubrique surf pour Sud Ouest "m'oblige" à rester connecté à l'actualité surf, parfois beaucoup plus que je ne le souhaiterai... Pour les prévisions, je succombe comme tout le monde à la facilité qu'offrent les sites comme....surf-report.com !


OSR : Surf Report, ça te dit donc quelque chose ;-) ?

JB : À ton avis ? J'ai reçu quelques factures salées, c'est le cas de le dire, du temps où Surf-Report assurait des reports téléphoniques ! Aujourd'hui j'apprécie le mélange actualités-prévisions qu'offre le site web...gratuit !


OSR : Un dernier mot, des remerciements ?

JB : Un grand merci à vous pour votre intérêt envers le Kneeboard, discipline encore un peu confidentielle mais qui repointe le bout du nose. Merci aux partenaires précédemment cités. Merci enfin à la Fédération Française de Surf pour son soutient !

Mots clés : interview, exclu, jerome, blanco | Ce contenu a été lu 4880 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 28/08/2020
À la veille du départ de la Grande Boucle, le surfeur réunionnais se confie sur sa passion pour le cyclisme.
Pédagogie Météo | Le 14/04/202...
Entretien avec le surfeur français expatrié à Rochester, dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.