Interview - Interview exclu de Margot Rozies

Une rideuse sur tous les fronts

- @oceansurfreport -

Après Bixente LIZARAZU, Laury THILLEMAN, Raphaël IBANEZ et Anne-Flores MARXER la rédac' de Surf-Report continue son zoom sur les personnalités qui surfent. Aujourd’hui, notre choix se porte la snowboardeuse Margot Rozies.

Margot Rozies partage sa vie entre Seignosse l’été et Tignes l’hiver. Snowboardeuse hors pair depuis l’âge de 10 ans, elle n’a pas non plus lésiné sur le surf qu’elle pratique depuis ses 8 ans. Dernière victoire snowboard en date, son titre de Vice Championne lors du Freeride World Tour 2013. Nous aurions pu nous arrêter à cette consécration mais Margot ne semble jamais s’arrêter, c’est une touche à tout. Quand elle ne tourne pas avec les Machettes, elle enseigne le yoga. Focus sur cette frenchy entre mer et montagne.

Pour mieux découvrir son talent, jetez un coup d'oeil à ses sessions snow ici et ici et surf par .

 

Découvrez l’interview exclusive de Margot Rozies, talentueuse snowboardeuse, passionnée de glisse et professeur de yoga.

 

Océan Surf Report : Bonjour Margot, merci de prendre quelques minutes pour répondre à nos questions, peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?

Margot Rozies : Bonjour, je suis une Pyrénéo-landaise passionnée par les sports de glisse depuis toute jeune. J’ai commencé le surf à l'âge de 8 ans, pour ensuite découvrir le snowboard que je pratique depuis maintenant 14 ans à titre professionnel.

 

OSR : Comment es-tu arrivée au Snowboard ? Qu’est ce qui te plait dans ce sport ?

MR : Toute petite, je faisais du ski. Mon père m’a fait découvrir le surf. Puis j’ai vu une vidéo avec des “surfeurs des neiges”. J’ai subitement totalement abandonné le ski pour ne faire que du snowboard. Ce qui me plaît le plus dans ce sport ce sont les sensations éprouvées et l'adrénaline, et aussi le fait de pouvoir s’exprimer avec son propre style, ce que l’on retrouve un peu dans les sports de glisse.

 

OSR : Tu alternes les disciplines entre le park au backcountry, du street au freeride. Pourquoi avoir choisi de pratiquer autant de facette du snowboard ? Est­ ce que cela t’aide en compétition ?

MR : À mes yeux, pratiquer le snowboard, c’est toucher à tout et savoir manier sa planche en toutes circonstances. Je trouve ça rébarbatif de se spécialiser dans une discipline, on fait toujours la même chose au final. J’ai une préférence pour le backcountry / freeride parce que l’on prend ce que la nature nous offre, et on doit s’adapter à elle, un peu comme en surf. Et quand il n’y a pas de neige fraîche, on trouve toujours quelque chose à rider.
Je ne sais pas si cela m’aide en compétition, mais la polyvalence donne de solides bases en terme de maîtrise.

 

OSR : Quelle est ta plus grosse gamelle en snowboard ?

MR : Je ne les compte plus ! Mais celles qui font le plus peur c’est quand tu commences à faire des "tête­-pieds” (roulés boulés), tu ne sais plus où tu es, tu prends de la vitesse avec la pente, et tu n’as plus qu’à te mettre en boule et attendre de t'arrêter.

 

OSR : Tu as finis 2nde du Freeride World Tour alors que tu y étais invitée pour la première fois ? Comment t’es-­tu préparée ?

MR : Je ne me suis pas préparée, puisque j’ai su ça 2 semaines avant la première compétition. Je me suis servie de mes outils et de mon expérience. L'étape la plus dure était de devoir maîtriser ma peur du vide. À pied j’ai peur mais avec la planche sous les pieds ça va mieux.

 

OSR : En 2012 tu as obtenu le titre de Meilleure Rideuse Française de l’année, qu’est-ce que cela fait ?

MR : Ça fait toujours plaisir d'être récompensée, d’autant plus que c'était la première année qu’ils faisaient voter des gens du milieu (photographes, rédacteurs) et des riders connaisseurs.

 

OSR: Tu dois avoir un calendrier ride plutôt overbooké, non ? entre ta participation au Freeride Tour et tes vidéos. Est-ce que le ride te manque en été ou pense-tu que cela doit être une période au calme ?

MR : Oui c’est au moins 7 mois de l'année à bouger, c’est génial, mais aussi épuisant parfois. On est obligé de se faire des petites journées de repos parfois en pleine saison car le corps n’est pas une machine et le snowboard c’est quand même très violent. Ça ne me manque pas si je ne vois pas la neige de l'été, j’aime tellement le surf. Et aussi ça me permet de voir ma famille et mes amis, que je vois rarement le reste de l'année.

 

OSR : On sait que tu pratiques le surf et plutôt très bien, d’où te viens cette envie de te mettre à cette discipline ? Depuis quand surfe-tu ?

MR : J’ai commencé avant le snowboard, j’avais 8 ans. Chaque vague est différente, la marge de progression est énorme, et les sensations uniques. Je suis une perfectionniste et je ne m’ennuie jamais sur un surf, il y a toujours quelque chose à corriger ou améliorer.

 

OSR : Quels sont tes spots favoris ? Et quels spots aimerais-­tu bien surfer un jour ?

MR: Je n’ai pas assez voyagé pour savoir. Les beach breaks landais sont déjà bien assez techniques ! J’ai entendu parler de longues droites au Mexique, j’irais bien voir.

 

OSR : Pratique-tu d'autres disciplines de glisse ?

MR : À part le snow et le surf, un petit peu de skate, mais on se fait mal trop vite.

 

OSR : Quelles sont les exigences mentales et physiques que l'on peut retrouver dans les sports de glisse que tu pratiques ?

MR : Au niveau du physique c’est beaucoup de gainage et proprioception. Pour ce qui est du mental, c’est savoir de quoi on est capable et tout mettre en oeuvre pour y arriver, mais aussi savoir maîtriser ses peurs. 

 

OSR : Quels sont tes futurs projets snow/surf, trips et vidéos?

MR : Grâce à PVS company, une boite de production audiovisuelle, nous avons réussi en Décembre 2012 à lancer un projet 100% féminin qui s’appelle “Les Machettes”. Nous partageons la vie d’athlètes de différents sports de glisse ainsi que d’autres univers (musique, photo, design...) à travers des vidéos et des articles. Je ne suis absolument pas féministe mais je pense que l’on a besoin d'être référencée différemment. Le projet a bien marché cet hiver, c’est un bon début. Nous sommes en train de tourner des petits profils video intitulés “Teatime” avec notamment Justine Dupont et Maud Lecar. Le premier Teatime sortira dans le courant du mois d'Août. Facebook les Machettes.

OSR : Surfe-tu sur le net et que pense-tu de Océan Surf Report ?

MR : Je ne surfe pas trop sur le net mais je connais votre site et il est vraiment bien fait, rien à dire tout y est ! Quand j'étais plus jeune j’appelais pour écouter le report tous les matins avant d’aller surfer.

 

 

Attention, reprend ton souffle c’est l’interview rapido :

 

Seignosse l’hiver ou les Alpes l’été ? Seignosse l’hiver

Yoga : Posture lever de jambe debout ou posture de l’angle endormi ? Il faudra me montrer tout ça

Vallée Blanche ou Grands Montets ? Grands Montets

Lisa Anderson ou Layne Beachley ? Lisa Anderson pour son style

Feria de Dax ou de Bayonne ? Pas de fêtes

Travis Rice ou Shaun White ? Travis Rice

Facebook ou Twitter ? Les deux font mal à la tête et aux yeux

 

Merci à Margot Rozies pour sa disponibilité et bonne chance pour la reprise. 

 

Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez ici.

Mots clés : interview, exclu, margot, rozies | Ce contenu a été lu 4422 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 28/08/2020
À la veille du départ de la Grande Boucle, le surfeur réunionnais se confie sur sa passion pour le cyclisme.
Pédagogie Météo | Le 14/04/202...
Entretien avec le surfeur français expatrié à Rochester, dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.