Interview - Interview exclu de Raphaël Ibanez

Un surfeur en herbe

- @oceansurfreport -

Après Bixente LIZARAZU et Laury THILLEMAN, la rédac de Surf-Report continue son zoom sur les personnalités qui surfent. Aujourd’hui, notre choix se porte sur l’ancien rugbyman français : Raphaël IBANEZ.

Raphaël IBANEZ est né à Dax en 1973. Il s’est tourné vers le rugby assez tard puisqu’il a joué son premier match à l’âge de 18 ans. Il devient rapidement un rugbyman de renommée internationale au poste de talonneur. Il a joué pour le club des London Wasps avec lequel il gagne la coupe d’Europe en 2007 et est sacré champion d’Angleterre, un an après. Avec 98 sélections, Raphaël IBANEZ est l’un des rugbymen les plus capés de l’histoire du rugby français.

Depuis l’arrêt de sa carrière en 2009, l’international français s’est reconverti en consultant pour la BBC et Canal + en 2009. Il est depuis 2010 consultant pour France Télévision au côté de Mathieu LARTOT.

Depuis 2012, il est le nouveau manager général de l’Union Bordeaux Bègles. Actuellement 12ème au classement du top 14.


Découvrez l’interview exclusive de Raphaël IBANEZ, rugbyman et passionné de surf.


Océan Surf Report : Bonjour Raphaël, merci de prendre le temps de répondre à nos questions. Tu es depuis cette saison manager de l’Union Bordeaux Bègles, comment ça se passe dans tes nouvelles fonctions ?

Raphaël IBANEZ : Le rôle de manager est riche en émotions ! Le top 14 est un championnat très relevé. Le club de l'UBB est encore jeune à ce niveau. Et avec un budget limité il faut de la persévérance, de l'imagination et avoir foi dans les joueurs. Avec l'encadrement technique c'est ce qu'on appelle le "miracle permanent "!


OSR : En plus d’être manager de l’UBB, tu es aussi consultant pour France Télévision, comment arrives-tu à jongler avec toutes tes responsabilités ?

RI : C'est simple, en exagérant un peu je dirais que ma vie est à 90% faite de rugby. Avec ce rôle de consultant Tv j'essaie aussi de faire partager mon expérience et ma passion pour ce sport. Mais il reste 10% à exploiter


OSR : Parlons surf maintenant, on sait que tu pratiques le surf, d’où t’es venu cette envie de t’y mettre ? Depuis quand surfes-tu ? 

RI : Depuis l'enfance mon rapport avec l'eau a toujours été très fort, en mer, rivière ou montagne. Simple héritage familial, cet amour de l'eau ! Et lorsqu'en 2009 j'ai mis pour de bon les crampons en vitrine il me fallait trouver l'adrénaline ailleurs. Le ski d'abord et ensuite avec les bons gars, les locaux de la côte, j'ai commencé à regarder les vagues que je connaissais depuis toujours ! Je me suis donc lancé le 24 décembre 2011 exactement. Je m'en souviens bien car la mer était démontée et il n'y avait qu'un seul perdu dans la mousse ce jour-là ! Je pense avoir progressé depuis...


OSR : Quels sont tes spots de prédilections ? Quels sont les spots que tu aimerais bien surfer un jour ?

RI : Par manque de temps je dois être hyper réactif pour trouver le bon spot, de la Côte Basque au nord des Landes et même au Cap Ferret parfois ! J'aime Cenitz ou Erromardie quand ça tape trop au nord, mais dès que c'est bon je suis attaché aux Landes, Santocha, La Sud d'Hossegor, les Casernes, Messanges ... Mais au-delà du spot il faut se donner des challenges à relever. J'ai déjà tenté la Gravière en longboard, j'ai bien ramassé, c'était cool ! J'aimerais découvrir Bali, la Nouvelle-Zélande (pas seulement pour affronter les All Blacks) et plus près de chez moi, la Nord d'Hossegor et surfer cette droite en backside.


OSR : Sur quel type de planche surfes-tu ?

RI : Je n'ai pas un quiver de shortboarder, c'est sûr ! 2 longboards 9'2, et un mini mal 8'6, il me faut du consistant. Plus court un jour ? J'ai beaucoup à apprendre...


OSR : Pratiques-tu d'autres disciplines de glisse ?

RI : En fait tout ce qui glisse m'intéresse: bodysurf, bodyboard, surf et même pirogue récemment ! Je recherche surtout la sensation de glisse, unique.


OSR : On sait que tu as beaucoup voyagé lorsque tu étais joueur professionnel, peut-on trouver un moment pour surfer ? Et depuis que tu es manager de l’UBB as-tu le temps d’aller à l’eau ?

RI : Je me souviens du discours d'avant-match sur la plage de Durban, les vagues semblaient top mais quand tu sais que deux heures après tu vas prendre des Springboks dans le buffet, les priorités sont ailleurs ! Maintenant c'est différent, je garde mon énergie pour les sessions qui ne sont jamais assez nombreuses selon moi. On m'avait averti, une vraie addiction.



OSR : Quelles sont les exigences physiques et mentales que l'on peut retrouver à la fois dans la pratique du rugby et du surf ?

RI : Je pense qu'en surf comme en rugby, il faut être persévérant, ne pas renoncer à la première difficulté, et surtout bien connaître son adversaire.



OSR : Quels sont tes projets pour l’avenir ?

RI : Faire le tour du monde en famille, devenir un bon manager, commenter de super matches, surfer, skier ...vivre quoi


Attention interview rapido … Crouch, Touch, Pause, Engage!

Pêche en mer ou lac ?

RI : Pêche en mer 

Toulon ou Clermont ?

RI : Clermont 

Guiness ou Strongbow ?

RI : Guinness

Frog or Rosbif ?

RI : Rosbif 

Bluff beach (NZ) ou Bondi Beach (Aus)?

RI : Bluff Beach 

Le canard fermier des Landes ou le bœuf de Chalosse ?

RI : On a les deux en Chalosse ! 

Facebook ou Twitter ?

RI : Aucun des deux. J'aime être assez secret. 

Citroën AX Kway ou Renault Super 5 Schuss ?

RI : Aucune des deux. J'ai eu une 2CV jusqu'à mes 25 ans !

Pessac Leognan ou Sauternes ?

RI : Pessac Leognan 

Kelly Slater ou Olivier Magne ?

RI : Le dieu Kelly ok...mais je dirais Olivier Magne, car on ne renie pas son beau-frère ! 

Un dernier mot ?

RI : "la force de l'Océan est source d'inspiration ". Poème landais, ahahah ! 


Sources photos : UBB, L'Equipe, Made in Rugby, rugby 365, en pleine lucarne

Remerciement : Sébastien Cailly UBB 

Accédez au site de l'UBB

 

Mots clés : interview, exclu, raphael, ibanez | Ce contenu a été lu 12389 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs