Interview - Interview exclusive de Jeremy Flores

A 3 semaines du début de la saison, le français se confie

- @oceansurfreport -

A trois semaines d'entamer la saison 2013 ASP WCT avec le Quiksilver Pro Gold Coast, le 10ème surfeur mondiale et le numéro un français Jeremy Flores a répondu aux questions de Surf-Report. 

 

 

Océan Surf Report : Merci Jeremy de prendre le temps de répondre à nos questions ! Comment vas-tu ? Que fais-tu en ce moment ?

 

Jeremy Flores : Je viens à peine d'arriver en Australie, je viens de passer plusieurs mois a Hawaii, c'était une saison de fou avec des houles sans arrêt, vraiment intense et non stop d'adrénaline ! Je pense avoir encore beaucoup appris à tous les niveaux, que ce soit dans le gros ou dans le tube ou aussi des les airs. Les européens ont préféré rentrer en Europe passer les fêtes. J'aurais bien aimé aussi mais ca me faisait trop mal au coeur de laisser ces houles parfaites avec quasi personne à l'eau.  Je suis maintenant arrivé sur la Gold Coast et je vais commencer a me préparer pour la première épreuve.

 

 

OSR : On a pu lire sur ton blog que tu avais surfé l'un des plus grosses vagues de ta vie il n'y a pas longtemps, peux-tu nous raconter cette session ?

 

JF : Il n'y a pas eu UNE vague en particulier mais plusieurs houles surtout. J'ai surfé les plus grosses sessions de ma vie c'est sûr et j'ai fait les plus gros drops de ma vie aussi. Il y a eu tellement de grosses sessions cette saison, flippant ! On ne sait jamais à quoi s'attendre, après chaque session j'étais juste content d'être de retour sur la plage sans m'être blessé ou noyé. C'est vraiment une sensation différente, j'ai beaucoup appris sur moi et mes limites. Je me suis fait des grosses frayeurs, j'ai vraiment compris pourquoi les big wave riders s'entrainent autant pour surfer ces vagues.

 

C'est un autre domaine, et je ne peux pas dire que je sois prêt comme eux à ce niveau là, tout ce que j'ai fait jusqu'à maintenant dans les grosses vagues, ça a toujours été au feeling. Mais je sais que par exemple, rester 4 ou 5 minutes sous l'eau c'est le minimum pour être confiant. Je joue avec ma vie. J'ai beau le dire mais au final, je serai toujours aussi excité à l'idée de surfer les grosses vagues. Il n'y a pas de meilleure sensation que la peur et la fierté apres avoir droppé une vague de plus de 20 pieds. C'est la sensation la plus réelle qui existe, meilleure que tout ce que j'ai ressenti dans ma vie. L'océan peut faire ce qu'il veut de n'importe qui. A voir le sort qui nous est réservé !

 

 

 

OSR : Maintenant que la saison 2012 est terminée, quel regard portes-tu sur tes résultats ?

 

JF : J'ai eu des hauts et des bas toute l'année, je dirais qu'au final, ça reste assez positif quand même : 10ème mondial sachant que plusieurs défaites ont été très discutées, c'est plutôt pas mal. Il n'y a pas beaucoup de différence de points entre le 5ème mondial et moi donc je me dis que je peux encore faire beaucoup mieux. J'ai été très déçu de mes performances à Fiji et Pipeline, c'est vraiment 2 épreuves où j'aurais pu faire la différence. Mais c'est comme ça ! C'est la compétition. En revanche j'ai fait quelques séries où j'ai réussi à varier mon surf et c'est ce qu'il faut pour avoir de gros scores. J'ai encore beaucoup de détails à travailler !

 

 

OSR : T'es-tu fixé des objectifs pour l'année prochaine ?

 

JF : Je n'ai pas vraiment d'objectifs, je dirais qu'un top 5 serait satisfaisant mais en même temps je sais que je suis capable de mieux faire. Il faut juste que je sois plus régulier et que jarrive à me mettre dans le même état d'esprit sur chaque épreuve. Je change toujours et je me pose énormément de questions, je devrais juste surfer comme je le fais en free surf et je suis sûr que les résultats seront encore meilleurs. Autre objectif je voudrais dépasser encore plus mes limites dans les grosses conditions !

 

 

OSR : En attendant la première compétition en Australie que prévois-tu de faire ?

 

JF :  Pour l'instant je suis déjà sur la Gold Coast, je me réhabitue à surfer les petites vagues et surtout les petites planches. Si un swell se présente à Tahiti ou dans le coin, j'essaierai de my rendre et de profiter.

 

 

OSR : Quels sont les aspects techniques que tu aimerais travailler pour être au top en 2013 ?

 

JF : Je veux continuer à travailler les combinaisons de manoeuvres, je pense que c'est le futur : pouvoir enchainer 3 ou 4 turns différents sur la même vague, les avoir vraiment dans mon répertoire. Que ce soit des man?uvres aériennes ou pas d'ailleurs ! Peu de surfeurs en sont capables mais pour ceux qui y arrivent ça marche, donc je pense que c'est la voie à suivre !

 

 

OSR : Tu as été invité une nouvelle fois pour l'Eddie Aikau, la compétition de grosses vagues qui réunit 28 surfers invités.  Y a-t-il chez toi une certaine appréhension à surfer des grosses vagues ?

 

JF : Je n'ai jamais eu d'appréhension à surfer les grosses vagues, j'ai toujours aimé ça depuis que je suis tout petit, j'ai très peur des grosses vagues et tous les surfeurs eux aussi ont très peur. Mais il faut savoir transformer cette sensation de peur en motivation. Personnellement, après 7 ans sur le world tour, ce qui m'excite plus que tout c'est de défier cette peur et de dépasser mes limites. C'est un honneur de faire partie du Eddie Aikau. C'est l'épreuve la plus respectée dans le surf et faire partie de ce cercle légendaire entouré de toutes mes idoles, c'est un rêve qui se réalise.

 

J'aimerais vraiment bien faire, ça va être un défi pour moi parce que c'est une nouvelle étape, je n'ai jamais participé a une épreuve de grosses vagues entouré de tous ces surfeurs expérimentés. Mais je n'ai que 24 ans et je vais encore beaucoup apprendre. Je rêve de gagner l'Eddie Aikau mais pour l'instant je vais juste me contenter de profiter de ce moment inoubliable, l'aborder avec respect. Une seule grosse vague peut faire la différence !

 

 

OSR : Si tu devais donner une phrase qui résume ta philosophie ce serait quoi ?

 

JF : Toujours croire en soi et en ses capacités, suivre ses rêves et surtout ne jamais oublier son passé !!!

 

 

OSR : Surfes-tu souvent sur internet ? Ton avis sur Océan Surf Report ?

 

JF : Surfer sur internet ?!? nan jamais? Mais je trouve que le site océan surf report est génial et ça fait plaisir quand on arrive en Europe de pouvoir être à jour au niveau des houles et des prévisions, bravo !

 

 

 

Attention Interview rapido... :

 

La Réunion ou Capbreton ?

La Réunion

 

Pipeline ou Backdoor ?

Backdoor 

 

Bière ou Eau minérale ?

Eau minérale la journée et bière parfois le soir !

 

Electro ou Rap ?

Un mix entre les 2 

 

Football ou Rugby ?

Rugby 

 

Lever ou Coucher de soleil ?

Coucher de soleil

 

Facebook ou Twitter ?

Twitter

 

Indo ou Brésil ?

Indo 

 

 

OSR : Un dernier mot ?

 

JF : Merci à ma famille, mes frères et mes proches sans qui je ne serais jamais arrivé où je suis !

 

 

Remerciement : Cathy Lallement

 

Découvrez le profil de Jérémy Flores

Découvrez la page surf Quiksilver

 

 

Crédits photo : © Quiksilver - Bravo / Rabejac / Cazenave / Chauche / Bielman / Timo

 

 

Mots clés : interview, exclusive, jeremy, flores | Ce contenu a été lu 17541 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs