Interview - Interview Exclusive de Pierre Camoin du Big Wave World Tour

Pour Océan Surf Report !!!

- @oceansurfreport -

 

 

Découvrez en exclusivité l'interview du co-directeur du Big Wave World Tour, Pierre Camoin :

 

 

Océan Surf Report : Salut Pierre, peux-tu te présenter pour les internautes de Ocean Surf Report ? 

 

Je suis originaire du Short Brain de Montpellier. À l'époque des festivals Attitude skate, art, music? the good old days ! Je suis en Californie depuis plus de 15 ans où j'ai d'abord bossé pour l'International Surfing Association puis pour Linden Surfboards. Je suis maintenant le partenaire de Gary Linden sur le Big Wave World Tour.

 

 

OSR : Peux-tu expliquer brièvement le Big World Wave Tour pour ceux qui ne connaissent pas ?

 

Le BWWT regroupe les compétitions de surf de gros dans le monde sur un championnat global et couronne un champion du monde à la fin de chaque saison (de Avril à Mars). Nous attaquons notre quatrième saison. Carlos Burle a été notre premier Champion du Monde suivit par l'Hawaiien Jamie Sterling et cette année, Peter Mel (Californie).

La taille de vague minimum pour nos compétitions est de 30 pieds (10 mètres). Donc nous devons attendre pour chaque épreuve les conditions idéales et avoir une période d'attente de 2 mois ou plus. Nous lançons les compétitions seulement 72 heures à l'avance en fonction des prévisions, juste assez de temps pour que le team et les compétiteurs puissent arriver sur les lieux de la compét'.

 

 

OSR : Où auront lieu les épreuves cette année ?

 

La saison commence dans l'hémisphère Sud par le Quiksilver Ceremonial au Chile, suivi par le Billabong Pico Alto au Pérou.

Puis en octobre commence la "waiting period" du Nelscott Reef Big Wave Classic en Oregon, puis en janvier celle du Peligroso à Todos Santos (Mexique).

Nous espérons que le Mavericks Invitational reviendra sur notre calendrier cette année et nous travaillons également sur une compétition à Jaws (Hawaii).

 

 

OSR : Que représente le surf de gros à la rame pour toi ?

 

Le surf de gros c'est l'Everest, la F1? l'ultime challenge.

C'est surtout un challenge mental, j'ai donc beaucoup d'estime pour ces surfeurs qui chargent. Mais c'est surtout une "façon de vivre", car les sessions de gros sont rares, quelques spots dans le monde et seulement quelques jours où les conditions sont là. Donc, les surfeurs doivent être toujours prêts pour la prochaine houle. Prêts à voyager soudainement à l'autre bout de monde, prêts à affronter des vagues de plus de 10 mètres souvent sans sécurité (assurée pendant les compétitions mais encore rarement en free-surf), prêts physiquement et moralement. Les surfeurs de gros sont pour moi les athlètes les plus préparés au monde. Vont-ils se prendre du 15 mètres sur la gueule cette semaine ou juste s'amuser dans les petites vagues? Ils sont toujours prêts !

Mariages, anniversaires, ? si il y a du gros, les chargeurs abandonnent tout pour quelques vagues !

Donc, beaucoup ont la capacité de surfer du gros (Slater !!) mais rare sont ceux qui sont dédiés à 100% au gros.

 

 

OSR : Quel fût ton meilleur souvenir ou la meilleure vague de cette compétition ?

 

Carlos Burle pendant la finale du Mavericks Surf event en 2010, il n'a pas arrêté, il en voulait, mais il est allé trop loin, parti trop à l'intérieur, trop tard, mais rien ne l'arrêtait !

La première édition du Todos Santos Big Wave en 2010 Event était très spéciale pour moi car c'est la compét que nous organisons de fond en comble, notre sponsor nous avait lâché? Toute l'équipe a bossé comme des malades sans être payée, de la vraie passion ! Mark Healey gagne la finale avec un show de surf backside impressionant mais ce jour-là c'était surtout la camaraderie, tous les surfeurs étaient là, même sans "prize-money". La cérémonie de remise des prix a été très chaude, tout le monde était à fond.

Sur la dernière saison c'est le tube de Ramon Navarro, chez lui à Punta de Lobos pendant sa demie finale qui emporte la prime !

 

 

OSR : Les périodes d'attentes sont souvent longues, est-il facile d'organiser rapidement ce genre d'événement lorsque les conditions sont réunies ? Cela demande une sacrée organisation, non ?

 

L'avantage de ce format (72 heures à l'avance) nous oblige à garder une logistique simple, nous ne pouvons pas en faire trop? pas de compét de skate en même temps, de gros concert? Nous sommes concentrés sur les vagues et les surfeurs, pas de surplus !

Notre succès logistique repose sur un team solide et dédié. Une fois la compét lancée, nous commençons à avoir l'attitude, ça marche, ça roule. Bien sur, c'est très intense et une quantité énorme de boulot doit être abattue par le team, donc une semaine avec une énorme pression et très peu de sommeil.

Mais le plus dur pour notre équipe est de ne pas pouvoir faire des plans à long terme, difficile de prévoir des vacances en famille pendant une période d'attente, il faut attendre qu'une compét soit finie pour avoir quelques semaines de répit.

Donc, merci à tout ceux qui travaille si dur pour le Tour !

 

 

OSR : Quelle est l'ambiance générale sur ce genre d'event ? Et entre les riders ?

 

C'est une communauté, beaucoup de camaraderie, d'entre aide en dehors de l'eau?

Mais l'esprit de compétition est avide une fois dans l'eau, le désir de gagner est très fort.

Beaucoup d'adrénaline et de stress avant une compét, donc une fois finie, tout le monde se relâche même si beaucoup pense à la session du lendemain.

Pour ceux qui ont une la chance d'être sur le lieu de la compét, c'est aussi un moment très particulier, tout le monde sait que l'opportunité de voir les meilleurs riders du monde s'affronter dans du gros est très rare et il est rare de pouvoir côtoyer les stars du surf.

Je pense aussi qu'un lien spécial se crée entre les spectateurs et les surfeurs car il y a beaucoup de temps forts, des gros wipe-outs, des rides parfait et des longs moments d'attente avant le prochain set.

 

 

OSR : Il n'y pas beaucoup de frenchies sur le Tour, comment pourrait-on y remédier ?

 

Eric Rebière l'an dernier au Chili a été le premier français sur le BWWT et le premier européen avec Joao de Macedo.

Comme Joao l'a fait depuis quelques années, les surfeurs Européens doivent charger Mavericks, Todos, Hawaii? Même s'il y a du gros en Europe, il faut se faire connaitre et donc prendre sa place dans les "line-ups" du monde du gros.

Également, nous avons pour ambition de développer une compét en Europe et créer un circuit qualificatif pour donner une meilleure chance à tous.

Le monde du surf de gros était jusqu'à présent très restreint avec seulement une demi-douzaine de spots avec une réputation internationale. Mais tout le monde est en train de se rendre compte qu'il y a du gros partout !!

 

 

OSR : Des pronostiques pour le vainqueur de la compétition ?

 

Je ne voudrais pas faire du favoritisme, je pense que beaucoup ont les capacités de prendre le dessus cette année. Pour la première compétition au Chili, Ramon Navarro "The local" de Punta de Lobos (la légende dit qu'il a était conçu en face du spot !) qui a finit l'an dernier deuxième, est le grand favori. Pour le titre, Greg Long est certainement le surfeur avec le plus gros palmarès mais il n'a pas encore décroché le titre. La nouvelle génération monte très vite également et tout est possible? et qui sait, Kelly Slater pourrait également s'y mettre et trouver dans le BWWT un nouveau challenge !

À mes yeux ceux sont tous des gagnants !

 

OSR : Surfes-tu souvent sur internet ? Connais-tu Océan Surf Report ?

 

Cela fait partie de mon boulot de savoir ce qu'il se passe dans le monde du surf. Je surfe donc beaucoup sur tous les spots internationaux pour ne pas louper une session de gros ou le profil d'un local qui charge.

Je me régale souvent sur le site de Surf Report à mater les vidéos mais je regarde rarement les prévisions pour la France et les conditions?je ne veux pas être jaloux quand la Gravière "is going off"!!

 

 

Encore merci Pierre d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. 

 

 

Plus d'informations sur le Big Wave World Tour sur www.bigwaveworldtour.com

 

 

Encore plus de vidéos sur Océan Surf Report ? Cliquez ici ! 

 

Vous souhaitez envoyer vos photos, vidéos, surfaris, reportages, interviews, portfolio...écrivez à contact@surf-report.com.

 

Devenez Fan de la Page Facebook Ocean Surf Report.

 

Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez ici

 

Mots clés : interview, exclusive, pierre, camoin, big, wave, world, tour | Ce contenu a été lu 9620 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 30/03/2021
"Water Get No Enemy", un film sur des enfants soldats qui ont troqué les armes pour des planches de surf, est toujours disponible en VOD.
Pédagogie Météo | Le 25/11/202...
Entretien avec le surfeur français expatrié à Rochester, dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.
Interview | Le 28/08/2020
À la veille du départ de la Grande Boucle, le surfeur réunionnais se confie sur sa passion pour le cyclisme.