Interview - Interview de Kim Veteau

Un avenir prometteur

- @oceansurfreport -

Retrouvez l'interview exclusive de la jeune surfeuse guadeloupéenne de chez Rip Curl, Kim Veteau. La double championne de France se livre en toute sincérité dans cet entretien. Entre compétitions et études Kim a eu la gentillesse de répondre à nos questions :

Fiche Signalétique :

Nom : Veteau

Prénom : Kim

Surnom : Bou, biche, Frankette

Date de naissance : 29/08/1997

Résidence : Guadeloupe

Taille : 1m70

Stance : Regular

Sponsors : Rip Curl, Smith optic et seventyone percent

Spots favoris : Labouelle

Tricks favoris : Reverse air

Surfeurs favoris : Tyler Wright et Stephanie Gilmore

Musique du moment : Wake me up (avici)


Océan Surf Report : Bonjour Kim, merci de prendre quelques minutes pour répondre à nos questions, peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?

Kim Veteau : Je m’appelle Kim Veteau, j’ai 15 ans et je suis originaire de Guadeloupe. Je pratique le surf depuis l’âge de 8 ans. Je suis double championne de France, 3ème de la finale Gromsearch monde et 5ème mondiale ISA. Je suis au CNED depuis 4 ans et je compte bien continuer jusqu’à mon bac. Le surf c’est toute ma vie et j’espère que je pourrai continuer à surfer jusqu’à 100 ans.


OSR : Comment es-tu arrivée au surf ? Qu’est ce qui te fait vibrer dans ce sport ?

KV  :  J’ai commencé grâce à l’une de mes grandes sœurs Hanaé, je faisais beaucoup de sport et puis le jour où je me suis mise debout j’ai tout arrêté et je me suis consacrée au surf. Ça a été une bonne décision (ahaha). Je me rappelle que quand j’étais petite mon père me poussait déjà sur des grosses vagues et je pense que c’est ça qui me fait beaucoup vibrer dans ce sport. J’adore être tout le temps en danger, me surpasser, repousser mes limites.


OSR : Quelle est ta plus grosse frayeur en surf ?

KV : Ma plus grosse frayeur, euh... je réfléchis. Ah oui je me souviens c’était un jour, je surfais au Spot en Guadeloupe. Il y avait un peu de taille et je suis partie sur la plus grosse vague de la série, j’ai piqué et je me suis fait brasser sous l’eau, je ne trouvais plus la sortie quand je voulais remonter. En fait je descendais, je sentais mon cœur qui battait à 100 000 à l’heure et puis à un moment je me suis laissée faire et je suis remontée comme une bouée. Je suis repartie au large alors que j’étais tétanisée mais cela a duré 10 minutes et après j’ai repris des vagues normalement.


OSR : Quels sont tes spots favoris ? Et quels spots aimerais-tu bien surfer un jour ?

KV : Labouelle (Guadeloupe), Bell’s Beach (Australie), La Gravière (France), Snapper (Australie) et Playa Jiquiliste (Nicaragua). J’aimerais surfer Teahupoo (Tahiti) et Pipeline (Hawaï).


OSR : Tu pratiques le surf, le bodyboard et le longboard, tu es très polyvalente. Quelle est la discipline que tu préfères ?

KV : Le surf, mais le bodyboard et le longboard c’est juste pour le fun, je m’amuse et ça me change les idées.


OSR : Tu viens de remporter le Rip Curl GromSearch à Vieux Boucau et tu viens de resigner avec Rip Curl, alors heureuse ?

KV : Je serai heureuse quand j’aurai mon ticket pour la finale mondiale. Je suis très contente de resigner pour deux ans avec Rip Curl, cela va me permettre de continuer le circuit européen et de commencer quelques QS.


OSR : La finale européenne se déroule « Somewhere » en Europe. Où penses-tu que ça va être ?

KV : Moi je pense que ça sera à la WaveGarden...enfin juste une petite intuition.


OSR : Tu as expérimenté WaveGarden avec Pauline Ado et Tyler Wright, qu’en as-tu pensé ?

KV : C’était vraiment une bonne expérience. Je pense que c’est sans doute le surf de demain si on veut intégrer les Jeux Olympiques. Ça ne remplace pas les sensations dans l’océan mais c’est sympa d’avoir une vague comme ça quand il n’y a pas de houle. Pour travailler tous tes points faibles il n’y a pas mieux car la vague est toujours la même donc tu peux être sur le même exercice pendant des heures. Enfin bravo à celui qui a inventé ça.


OSR : Ton début de saison a commencé très fort, quels sont tes objectifs ?

KV : Je voulais me qualifier pour la finale européenne du Rip Curl GromSearch et j’ai réussi. Maintenant c’est accéder à la finale mondiale, gagner les championnats de France et gagner un pro junior.


OSR : Comment arrives-tu à gérer tes études et les entrainements de surf ?

KV : Ça va faire 4 ans que je suis au CNED (ce sont les études à distance). Je peux m’entrainer plus souvent et voyager quand j’en ai besoin car je ne dépends de personne. Moi je trouve que c’est le moyen le plus simple pour pouvoir surfer et travailler sans problème.


OSR : Surfes-tu sur le net et que penses-tu de Océan Surf Report ?

KV :  Oui je surfe beaucoup sur le net comme la plupart des personnes maintenant. Océan Surf Report c’est vraiment génial pour les prévisions des vagues et tout le reste.



Attention, reprend ton souffle c’est l’interview rapido : 

Colombo ou crêpes bretonnes ? Colombo

Australie ou Portugal ? Australie

Kelly Slater ou Tony Hawk ? Tony Hawk

L’école ou la glisse ? La glisse

Facebook ou Twitter ? Facebook

Un dernier mot ? Merci à mes sponsors (Rip Curl, Smith optics et Seventyone percent) pour me permettre de voyager et de réaliser mon rêve. Je remercie mes parents, mes frères et sœurs pour tout l’amour qu’ils me donnent et de croire autant en moi. 

Source photos : http://kimveteau.webnode.fr/

Mots clés : interview, kim, veteau | Ce contenu a été lu 4529 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 30/03/2021
"Water Get No Enemy", un film sur des enfants soldats qui ont troqué les armes pour des planches de surf, est toujours disponible en VOD.
Pédagogie Météo | Le 25/11/202...
Entretien avec le surfeur français expatrié à Rochester, dans la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord.
Interview | Le 28/08/2020
À la veille du départ de la Grande Boucle, le surfeur réunionnais se confie sur sa passion pour le cyclisme.