Pédagogie Météo - Petite anatomie du souffle d'une vague

Une question subsiste : comment se forme-t-il ? Décryptage.

- @oceansurfreport -

À chaque vague, son histoire. Celle-ci remonte au vendredi 19 décembre 2014 lors de la finale du Billabong Pipe Masters qui oppose Gabriel Medina, prétendant à un premier titre de champion du Monde suite à la défaite de Mick Fanning au round 5, à Julian Wilson, qui est radicalement monté en puissance à Hawaii suite à sa finale sur le Hawaiian Pro quelques semaines auparavant. À deux minutes de la fin du heat, alors qu'il est mené au score grâce à une note parfaite et un back-up à 8pts récoltés par le Brésilien, Julian choisi l'option de la droite et s'élance le plus à l'intérieur possible. Advienne que pourra, il disparaît derrière la lèvre durant deux longues secondes, et réapparaît comme par enchantement, les deux bras levés au ciel. C'est seulement une fois rendu sur la plage et entouré par la foule qu'il apprendra que sa vague sera notée 9,70pts, le propulsant ainsi sur la première marche du podium et faisant de lui le vainqueur de la mythique Triple Crown.

La vague qui fera de Julian le maître de Pipe en 2014.
Si beaucoup d'éléments ont pesé dans la balance pour qu'il obtienne ce score, notamment l'engagement au take-off, le bottom-turn réalisé à la perfection et (sans doute) le claim, un autre élément a probablement été pris en compte par les juges. La manière dont le souffle, l'explosion de l'air comprimé dans l'espace clos du tube, a jailli au même moment où le surfeur australien a émergé du barrel. Un timing parfait rendant l'exploit d'autant plus spectaculaire. Néanmoins, une question subsiste : comment se forme-t-il, ce souffle ? Décryptage.

1. Formation d'un tube

Jérémy sait parfaitement comment un tube se forme. Quiksilver Pro France 2019.
C'est la première étape du processus, sans doute la plus importante. Le secret de la formation d'un tube réside initialement dans la topographie des fonds marins. Il est nécessaire que ces derniers connaissent un changement brut de profondeur pour qu'au moment où le mouvement ondulatoire de la houle s'y heurte, la vague qui se forme s'élève et creuse en se projetant brusquement vers l'avant. À l'image des reefs de Pipeline, de Teahupo'o ou encore des bancs de sable de la Gravière.

2. Compression de l'air

John John Florence, attendant le moment opportun pour sortir de sa cachette.
Lorsque la lèvre s'abat, elle créé ainsi un espace clos, qu'on appelle donc le tube. Au sein de cet espace clos se mélangent l'eau, le spray issu de l'impact de la lèvre et l'air emmagasiné qui s'accumule à mesure que la vague déferle. Pour comparer, ce phénomène est similaire à une bouteille de boisson gazeuse que l'on secoue. Au fur et à mesure, l'air se libère et atteint un seuil critique où il doit être libéré. Il y a des domaines où ce n'est pas la taille qui compte. Le mécanisme qui engendre le souffle en fait partie. Tant que la pression est assez élevée dans un espace fermé et confiné, le phénomène se produira, même si la vague ne fait que 50 centimètres.

3. Vitesse et intensité

Brisant à fleur de reef, la vague de Siargao est suffisamment rapide pour provoquer l'explosion du souffle.
Toutes les vagues creuses ne propulsent pas de souffle. Seulement celles qui déferlent de manière ultra-rapide du début à la fin, comme Chopes ou Pipe. Pour ce qui est des vagues qui avancent de manière mécanique, à l'image de Kirra, J-Bay ou de Skeleton, elles amassent ce mélange air-eau dans le foamball, cette boule d'écume qui se forme au fond du tube. De fait, elle n'ont pas besoin de l'expulser.

4. Explosion

Malgré la puissance du souffle de Keramas, Taj Burrow restera sur ses appuis.
Pour les vagues très rapides et avec un déferlement instantané, ce fameux mélange d'air, d'eau et de pulvérisation doit trouver une porte de sortie. Et c'est à l'extrémité extérieure du tube qu'il l'a déniche, crachant ce souffle durant de courtes secondes. La quantité du souffle ne témoigne pas nécessairement de la profondeur d'un tube, mais plutôt de l'épaisseur de la vague et de sa puissance.

>> Photo à la une : Kirstin Schlotz/WSL

        
Mots clés : souffle, vague, vagues, pipeline, hawaii, teahupoo | Ce contenu a été lu 4176 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Pédagogie Météo | Le 28/11/201...
Souvent marginalisée, la notion de période est d'une importance cruciale pour appréhender les prévisions.
Pédagogie Météo | Le 21/11/201...
La vague est le point de départ de la pratique du surf, comment atteint-elle nos côtes ? Analyse.