RĂ©gion - Surfer l'hiver en Bretagne

Une atmosphère unique

- @oceansurfreport -

Océan Surf Report vous propose une nouvelle rubrique, OSR Région, qui mettra à l'honneur chaque mois une région différente, pour mettre en lumière tout son potentiel surf et ses originalités.

Nous continuons l'aventure dans le Nord-Ouest avec la Bretagne, terre de surf incontestable regorgeant de spots divers et variés. Tous les samedis, un article consacré à cette région sera publié, et ce durant tout le mois de décembre.

Imaginez la Bretagne en plein hiver, ses falaises sur lesquelles vient s’abattre une houle puissante, des tempêtes plus fréquentes, une baisse de la température plutôt conséquente, et pourtant, des surfeurs intrépides qui continuent de chasser les vagues. Nous avons demandé à nos reporters de nous parler de cette saison si particulière, que les conditions et l'atmosphère rendent unique en son genre.

Surfer en hiver, c'est d'abord dans la tête. Selon nos reporters, il faut partir en session dans un état d'esprit déterminé et motivé. Autre aspect important à souligner : en hiver, il est essentiel de bien préparer ses sessions. Il faut prendre tous les paramètres en compte : la marée, le vent, l'orientation de la houle. « On check beaucoup les cartes météo et les prévisions avant. Il faut aussi être prêt à se déplacer parce que les conditions peuvent changer s'il y a du vent, c'est surtout le vent qui va conditionner la session » nous explique Thierry, de Perros Guirec.

Vient ensuite la question de l'équipement : au minimum, une combinaison 4/3 ou 5/3, « bien chaude, plutôt récente,et dès que l'eau descend sous les 12° il faut la cagoule, les gants, les bottillons. Pour éviter l'exostose éventuellement des bouchons dans les oreilles. Ça c'est un équipement classique, les filles qui sont en général plus frileuses mettent un équipement plus épais que les gars » selon Laurent de Guidel. Pour l'instant, les températures de l'eau et de l'air sont encore bonnes, mais au cœur de l'hiver, en février et mars, cette tenue complète devient primordiale pour aller à l'eau. Pour les pieds, il faut choisir des chaussons confortables et souples, entre 5 et 7 millimètres d'épaisseur. Question planche, Didier de La Torche explique que « la taille va dépendre de l'engagement, mais en règle générale on a besoin de plus de volume ».

L'un des avantages à passer l'hiver en Bzh, c'est la diversité des spots. Pour Yannick de Blancs Sablons, « ce qui est cool c'est que l'hiver tu peux surfer plein de spots différents qui ne marchent pas forcément l'été. Et le gros avantage qu'on a en Bretagne par rapport au Sud-Ouest c'est que quelle que soit l'orientation du vent et de la houle, tu trouves toujours un spot à peu près offshore, et ça c'est vraiment une particularité et un avantage qu'on a chez nous, par rapport à d'autres régions de France ». On comprend mieux pourquoi on peut aisément surfer toute l'année en Bretagne.

Autre particularité bretonne : la densité humaine au line-up. Parce que les Bretons n'ont pas froid aux yeux, la baisse des températures n'empêche pas les surfeurs de se retrouver à l'eau. Selon Max de Locquirec, « il y a autant sinon plus de monde en hiver qu'en été. Les surfeurs qui se déplacent pour surfer, ce ne sont pas des débutants, ils prennent pas mal de vagues, c'est donc plus dur de prendre des vagues l'hiver. » D'autant plus qu'il n'est pas rare de se retrouver à 80 ou 100 sur un spot, même en hiver, surtout sur les spots de repli. Pour Thierry, il s'agit d'un phénomène nouveau : « Avant, on pouvait faire une session tout seul en milieu de semaine ; aujourd'hui il y a au minimum 5-10 personnes au pic, et si les conditions sont bonnes, on va se retrouver avec 30-50 personnes sur le pic en semaine. Et le week-end ça sature, on a des spots reconnus où il y a  80-100 personnes sur le spot le week-end, même en plein hiver. Il y a autant de personnes au pic en été qu'en hiver maintenant. »

Après avoir trouvé le courage d'affronter l'océan et la foule lors d'une session hivernale, nos reporters conseillent pour la sortie de l'eau des vêtements chauds, puis une bonne douche, un café ou un chocolat brûlant, un stretch appliqué et une longue nuit de sommeil pour récupérer. « Après on a de bons bars bretons pour se réchauffer, avec une galette et un bon bol de café. Ça fait un peu cliché mais c'est comme ça ! » raconte Thierry.

Si nos reporters profitent généralement de l'hiver pour partir en surf trip vers des destinations plus tempérées, ils apprécient également cette saison dans leur terre natale, qui offre selon eux des conditions idéales et des belles vagues. « J'apprécie de surfer chez moi l'hiver comme les vagues sont plus intéressantes, on a de belles conditions, je pense qu'on est dans les meilleurs endroits de France pour surfer l'hiver. Dans le Sud-Ouest, ça sature vite alors que chez nous ça tient la houle, de par les roches, c'est filtré. Par contre pour couper de la saison, c'est le seul moment que j'ai pour voyager donc je vais partir et couper du froid.» nous explique Max.

Loin de fuir la Bretagne en hiver, les surfeurs locaux apprécient pleinement cette saison si particulière qui offre de multiples possibilités grâce aux spots de repli et aux belles vagues présentes quasiment tous les jours de la semaine.

Samedi prochain, retrouvez notre article "La Bretagne, terre de champions", avec les interviews de Gaspard Larsonneur, Ian Fontaine, Delphine Prou et Thomas Joncour.

Crédit photo : © Surf & Boogie Family
www.surfnboogie.fr
www.facebook.com/surfandboogie

Mots clés : hiver, bretagne, surf | Ce contenu a été lu 15597 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 30/03/2020
Une saison sur la plus belle droite du Pays basque.
RĂ©gion | Le 11/02/2020
Bienvenue au royaume de l'imprévisible.
RĂ©gion | Le 31/01/2020
"Depuis cette victoire au Quik Pro, j'ai l'impression d'avoir Ă©tabli une connexion surnaturelle avec les vagues du coin."
Le meilleur du Surf & Bodyboard sur Instagram