Voyages - Destination : Newquay vu par Théo Julitte

"Newquay, c'est une ville de fou."

- @oceansurfreport -
©Laurent Masurel/WSL
Avec la rubrique Surf-Report Voyages, retrouvez des articles dédiés aux trips, à l'équipement ainsi que des conseils et des astuces.

La réputation du comté de Cornwall, à l'extrémité sud-ouest de l'Angleterre, n'a plus rien à prouver en matière de surf. Et le Morbihannais Théo Julitte en a été le témoin. La ville de Newquay, située le long de la côte nord du comté, est connue pour être la capitale britannique du surf. Le Breton a découvert le coin quand il avait 11 ans, à l'occasion des jeux nautiques interceltiques. Depuis, il a participé trois fois à une compétition Qualifying Series qui a lieu chaque année, le Boardmasters Open de Newquay.

Théo Julitte à Newquay en août 2017

L'atmosphère et les gens

"Newquay, c'est une ville de fou. Les gens sont bourrés à midi, ils vont à la plage et ils bronzent même quand il pleut, c'est très marrant. La ville est super sympa, il y a de bons restaurants et les gens sont gentils. Moi, l'Angleterre, j'adore. Lors de la compétition (QS 1000), il y a un festival de musique en même temps, un des plus gros d'Angleterre. Les participants ont droit à un accès privilégié, c'est super. Bon, quand tu es en finale, tu ne peux pas trop en profiter par contre !"
La plage de Fistral à Newquay.

Ambiance et les locaux

"Quand je viens, c'est pour les compétitions, donc on ne voit pas trop de locaux. Je pense qu'ils occupent plutôt les spots aux alentours. En revanche, il y avait beaucoup de monde sur la plage. Il faut croire que les gens s'intéressent beaucoup au surf là-bas. Quand il fait beau pendant la compétition, il y a sans doute plus de monde que sur les QS de Lacanau ou d'Anglet. Et même s'il pleut, il y a toujours des spectateurs."

Comme un mois d'août dans le sud de l'Angleterre.

La pratique du surf et les spots

"C'est un peu comme la Bretagne finalement à Newquay. La température de l'eau est relativement la même, c'est plein de criques, de plages avec des orientations de vagues différentes. Tu peux trouver de l'offshore un peu tous les jours. Il y a des beachbreak, des point-break, des reefs aussi... Un peu de tout. Il faut bouger, ce n'est pas des plages où on se gare devant avant de marcher dix mètres et y accéder directement. C'est la mission pour aller surfer, c'est sauvage."

Lire ou relire :
Destination : le comté de Noosa vu par Cornélius Accoh

Par Lucas Michel
  
Mots clés : cornwall, newquay, fistral beach, théo julitte, angleterre, royaume-uni | Ce contenu a été lu 4202 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 19/07/2020
Free-surfeur, sauveteur et écrivain... Le Britannique est du genre touche-à-tout.