Région - ''The Emerald Island'' : L'Irlande, terre d'accueil

Non, l'Irlande ce n'est pas que Mullaghmore, Riley's ou Aileen. Et oui, ça peut être accessible à tous, ou presque.

- @oceansurfreport -

On doit bien se l'avouer, la majorité des vagues que nous mettons en lumière dans nos articles ne sont pas à la portée de tous. Que ce soit Jaws, Nazaré, Pipe, Nias, Mullaghmore, Shipsterns... ce sont des vagues qui ne font en réalité que rêver une toute petite majorité de surfeurs. Ceux qui ont le talent technique de les surfer. Pour les autres, il s'agit davantage de vivre un rêve par procuration, à travers des surfeurs pros qui passent des heures et des heures à l'eau.

Mais le surf ce n'est pas que ça. Parfois, il semble bon de regarder un trip avec des vagues accessibles à un plus grand nombre. Des sessions normales quoi. Un peu comme celles qu'on l'habitude de vivre les surfeurs lambdas pour qui le sticker sur le nose de la planche ne tient que du rêve ou du fantasme.

Battit Lizaso et Lucas Carrera pourraient très bien être vous et nous. En Irlande, les deux compères ont sillonné les spots à la recherche de quoi pouvoir s'amuser. Dans cette vidéo, pas de Mullaghmore terrifiant, ni de Riley's ou Aileen. Non. Juste des vagues normales, qui, néanmoins, semblent très agréables à regarder. Pour une fois, on s'imaginerait bien à leur place. Un van, une guitare, un pote et des vagues abordables, le trip de 99% des surfeurs. Seulement, ce sont les 1% restants qu'on montre le plus souvent. Pour une fois ça change. 

Bon, nous avons écrit ça avant de voir la dernière partie de la vidéo... Mais quand même !

Par Marc-Antoine Guet

  
Mots clés : irlande, battit lizaso, lucas carrera, europe | Ce contenu a été lu 7321 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
XXL | Le 23/09/2020
Mullaghmore, je t'aime, moi non plus.