Autres - ITW - Simon Marchand, entre Surf et Musique

- @oceansurfreport -
Profil : 
Prénom : Simon Nom : Marchand 
Date, lieu de naissance : 30/07/84 à Bordeaux 
Lieu de résidence : Biarritz, Hendaye 
Voyages : Indo, Hawaii, Australie, Nicaragua, Salvador, Écosse, Irlande, Portugal, Maroc, Cap Vert, Madagascar, Açores, Canaries Débuts en surf : 1989 Planches : Hiucif Rahim Surfboards 6'O x 18 1/4 x 2 1/4
 Surfeurs qui t’inspirent : Kelly Slater, Mick Fanning, Dion Agius, Dusty Payne, Mitch Coleborn, Jordy Smith Vagues préférées : Landes, Pays Basque, Indonésie, Lance's Right, Padang Padang
 Manœuvre favorite : Tube, reverse air, lay back
 Sponsors : Kana Beach, Smith Optics, GoPro HD Camera, Hiucif Rami Shapes 
Palmarès : Capitaine de l'Équipe de France lors des Championnats d'Europe 2009 à Jersey / Champion du Monde Tagteam aux ISA World Gammes 2008 / Champion de France cadet 2000 / 3ème Junior européen 2001 Classement actuel : 31ème (FFS) 
Meilleur résultat : 3ème WQS 4* Praia Do Amado Portugal 2003 
Points forts : Créativité, engagement 
Points faibles : Mental en dents de scie
            Voici ce que l'on appelle un surfeur complet : airs, barrels, carves puissants... et avec style ! Interview : Surf Report : Raconte-nous une session qui t’a marquée plus particulièrement... Simon Marchand :  J'ai failli me noyer un jour de gros à Guéthary. Il y avait un bon 4 mètres, je suis tombé sur la première de la série, la seconde était très grosse et raclait bien. Je me suis fait prendre dans un tourbillon, c'est la seule fois où ça m'est arrivé... c'était impressionnant ! J'ai fais plusieurs tours sur moi-même à une vitesse folle, le leash s'est enroulé autour de mes pieds et la planche tout au fond me tirait vers le bas. Une fois à la surface, et après une dizaine de brasses pour remonter, je me suis pris direct la vague d'après en pleine tronche, je m'y attendais et j'ai donc pu respirer un peu dans la mousse. En gros en 3 vagues j'étais au bord, lessivé. Je me suis reposé un peu et suis reparti choper quelques autres vagues pour ne pas rester sur ce mauvais trip. Au final j'ai eu de belles vagues et la session s'est bien terminée. Depuis j'utilise un leash très long quand c'est gros pour pouvoir remonter à la surface si la planche est très profond sous l'eau. Comme on dit chez nous "c'est pas petit là !" SR : Retour sur la journée du 9 Juin dernier : tu étais au rendez-vous ce jour-là, on a pu te voir dans des cavernes landaises impressionnantes, fais nous revivre cette journée si parfaite à l’eau... Simon : En fait le matin ça fermait beaucoup dans les Landes. Je suis monté l'après-midi après un coup de fil de Grec Rabejac. Nous nous sommes mis à l'eau (Hugues Oyarzabal, Yann Martin, Tim Boal et moi) au plein haut, il y avait trop d'eau. Je n'avais pas surfé depuis 10 jours et avais la grippe, puis les espagnols sont arrivés : Axi Mutina, Indura Unanue, etc... nous étions entre potes et vu que le matin c'était pourri, nous étions presque seuls à part deux bodyboardeurs. Ça a mis 2 heures et demi à se caler, à la bonne marée (mi-descendante) c'est devenu hallucinant : de gros triangles arrivaient du large, certaines vagues faisaient plus de 2m50... c'était surtout des droites. En fait je n'ai pas eu de vagues pendant 3 heures, j'étais presque à sortir de l'eau et là j'ai chopé deux bombes coup sur coup. La vague qui est dans Surf Session, c'est le meilleur tube que j'ai eu dans les landes, je tremblais à la sortie de ce gros barrel... ça ressemblait vraiment à Hawaii. Le soir j'étais haché mais trop content d'arriver à connecter comme ça avec Grec après des mois de bataille. Simon, prêt à bien se caler un énième gros barrel landais SR : Que fais-tu en dehors du surf ?... Simon : Je joue de la guitare, regarde des films, lis un peu, et aime bien sortir avec mes potes. En ce moment je suis en stage pour le BP Surf (diplôme de moniteur) à Biscarrosse et je donne des cours de surf sous la tutelle de Glenn Le Toquin, un bon ami. C'est génial de voir le sourire de ceux qui découvrent le surf... ça fait drôle de voir des gens qui ne captent rien à l'océan quand toi tu as passé ta vie dedans ! Sinon j'essaie d'écrire des textes pour mes chansons, ça avance petit a petit. Cliquez ici pour accéder à l'article complet sur la 1ère édition du Bisca Surfing Day avec Simon       Après la théorie avec ses élèves de l'Ecole de Surf "la Vigie" à Biscarosse, cours pratique et démonstration du maître, pour le plaisir de tous. SR : Quelle est ta journée type ?... Simon : Je me lève assez tard sauf si les vagues sont bonnes, je vais voir l'océan et surfe un peu, puis regarde le journal de 13h. Après je fais de la musique et le soir un peu de stretch quand même, puis soit je resurfe, soit je rejoins des potes à droite à gauche pour le dîner. En fait je n'ai pas du tout de journée type... je m'accroche aux perches que me tend la vie
. SR : Quel genre de musique écoutes-tu avant d’aller surfer ?... Simon : J'écoute Sud Radio dans la voiture ou alors Metallica ou du Hard Core.
 SR : Tu viens de sortir un titre le mois dernier, intitulé « Today I’m Gonna Cruise » : est-ce le début d’une reconversion ? Depuis quand es-tu attiré par l’expérience musicale ?... Simon : Je compose des morceaux depuis des années, et tout va sortir au grand jour bientôt. Je fais les textes et après je vais bosser mes titres pour les jouer sur scène et si ça me plait je continuerai. Je fais de la musique depuis tout petit et j'ai fait du piano au conservatoire de Bayonne. SR : Quelle est ton influence musicale ?... Simon :  Je m'inspire d'un peu tout... j'adore le Hip Hop, la musique africaine, le Hard Core... en fait je repère des petits trucs que j'aime bien et j'essaie d'en faire un thème ou un départ pour une chanson. Pour "Today I'm Gonna Cruise", l'air m'est venu comme ça, je pensais faire un truc tout simple et je me suis dit que c'était sympa. Au final j'ai eu pas mal de bons retours et je suis assez content que les gens apprécient. Je pense en faire d'autres versions.
 SR : Ton sponsor qualifie ton morceau de « tube de l’été », es-tu content de ton travail et à quoi cherches-tu à tendre dans la musique ?... Simon : Bon, tube de l'été, c'est un bien grand mot ! C'est pour booster le truc ça... Mais c'est vrai que tous les jeunes aiment bien. Tous mes autres morceaux sont plus funky ou sont des ballades. En gros dans la musique mon challenge c'est d'arriver à être à l'aise sur scène et jouer mes compositions dans des bars, composer de jolis textes. Après on verra ce qui en découle, je fais ça pour mon plaisir avant tout
;   SR : Sais-tu que tu étais en compétition avec Tom Frager pour paraître en couverture du dernier magazine Surf Session de Juillet 2010 ? Connais-tu Tom dans la vie ? Que t’inspire sa réussite en France et à l’international ?... Simon :  Je connais Tom, c'est quelqu'un de très calme et de sympa. Il y a 10 ans de ça, nous étions en méditerannée pour le Trip Session France et on jouait de la gratte ensemble. Pour la couverture j'étais au courant... j'aurais bien aimé qu'ils mettent ma photo en couv mais bon l'idée de cette double couv est sympa aussi, et pour un mois de Juillet avoir Tom en couverture, c'est vendeur pour le magazine. J'ai des petits de 10 ans en cours de surf qui arrivent de Paris et qui n'ont jamais surfé... ils le connaissent tous sans exception. Pour Tom  c'est super, il assure bien sur scène ! J'aimerais bien un jour faire des scènes comme ça et jouer avec des musiciens aussi, c'est le top de jouer à plusieurs
.       Tom vs. Simon pour la couv du Surf Session de Juillet dernier  SR : Ta chanson raconte l’histoire d’un jeune homme de 20 ans attiré par le voyage, recherchant un monde paisible, sain et désireux de liberté : évoque-t-elle implicitement ta personne ? Que recherches-tu véritablement dans la vie ?... Simon :  Oui c'est un peu ça... le mec qui ne se bouge pas trop mais qui ne fait de mal à personne, qui a envie d'avoir des potes et de cruiser en voyage, contemplatif. Effectivement il y a un peu de moi dedans, forcément, mais ce n'est pas moi. Dans la vie je recherche le contrôle de moi-même et la rigueur dans ce que je fais. J'ai du mal à me fixer des limites et à organiser mon temps. Je travaille la-dessus actuellement.
 SR : Quels sont tes projets pour le futur ?... Simon : Gagner de la tune !!!! (rires). Je sais pas, dans un futur proche, j'espère voyager et faire un film, puis après si j'ai le BP, pourquoi pas pousser et entraîner des jeunes. Continuer à faire de la musique et boucler un album avant l'été 2011. J'aimerais bien shooter une vague de 6 mètres à la rame, je connais des spots au Pays Basque espagnol où c'est possible... et rentrer un rodéo flip ! SR : Le mot de la fin ?... Simon :  Je remercie tous les gens qui m'encouragent dans ce que je fais et j'espère que nous aurons un bon automne avec plein de swells et du vent de sud. À tous les gens qui débutent le surf, prenez conseil avant de vous lancer, et à tout le monde, je souhaite bon surf ! Respectez la nature. Laster arte adi. Surf Report remercie Simon pour le temps accordé à réaliser cet interview, pour sa gentillesse et sa disponibilité. Interview préparée par Nicolas Delalande et réalisée par Mathieu Dalla Santa. Plus d'infos : Article Surf Report sur la 1ère édition du Bisca Surfing Day avec Simon Riders Match World Contest - Votez pour Simon ! Solidarité Haïti : http://simonmarchand.com Crédit Photos : Yannick Le Toquin (Accédez à son Portfolio / Visitez son site web) Stéphane Salerno (Visitez son Site Web)               Powered by Mat
Mots clés : itw, simon, marchand, entre, surf, musique | Ce contenu a été lu 4048 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs