Autres - XXL Big Wave Awards

Shane Dorian comme à la maison

- @oceansurfreport -

Cette nuit s'est déroulée au Grove Theater d'Anaheim en Californie la cérémonie des WSL Big Wave Awards (anciennement XXL Billabong Global Big Wave Awards). Soirée de gala qui vient clore et primer les plus gros rides de l'année écoulée et honorer ainsi toute la communauté du Big Wave Riding.

Bill Sharp, directeur et fondateur du Big Wave Award Event, a souligné en ouverture de la cérémonie que "cette année fut une fois de plus spectaculaire pour le surf de grosses vagues tout autour du globe. Dans plusieurs pays, des vagues incroyables furent surfées. Certainement la première fois depuis 15 ans qu'il y avait autant de nationalités représentées dans les nominations."

En effet, les plus belles mécaniques à gouffre liquide ont une nouvelle fois donné rendez-vous aux chasseurs d'adrénaline extrême puisque Jaws (Hawaii), Teahupo'o (Tahiti), Nazaré (Portugal), Maverick's (Californie) et Puerto Escondido (Mexique) ont montré, comme à leur habitude, leurs fééries enivrantes.

Shipsterns Bluff (Tasmanie), Mullaghmore (Irlande) et autre Belharra (France-Pays Basque) ne sont pas non plus restés en sommeil mais des spots moins connus du grand public comme The Right, Remote et Cow Bombie (Australie) sont, eux aussi, venus titiller nos norépinephrines et chatouiller notre système nerveux orthosympathique, précurseur de l'adrénaline...

En liaison satellite au moment de la cérémonie depuis le Chili, Makua Rothman obtient le titre de champion du monde BWT. Récompense qui semble lui avoir donné des ailes puisque le fils du clan Da Hui vient, quelques heures plus tard, de remporter le Quiksilver Ceremonial à Punta de Lobos, 1ère épreuve du Big Wave Tour, et reprendre ainsi d'entrée de jeu les commandes du tour..

Cependant, le grand homme de la soirée est un habitué des lieux et des récompenses : le fantastique Shane Dorian ! L'hawaiien rafle deux récompenses à savoir la meilleure performance globale de l'année et son ride dantesque ponctué d'un tube magnifique à Puerto Escondido lui offre une fois encore la récompense ultime de Ride of The Year...Nul doute que Reef peut se réjouir de cette double distinction  puisque l'hawaiien vient de re signer pour la marque brésilienne jusqu'en 2018...

Mais le big boss du Big Wave Riding peut estimer avoir eu chaud aux dérives puisque nul doute que si la vague "polémique" des 100 pieds à Nazaré du landais Benjamin Sanchis avait été jugée comme surfée par l'ensemble des pairs et autre Laird Hamilton (...) l'épilogue XXL aurait été bien différent .... Sancho peut être se "consoler" d'avoir remporter le meilleur wipe out de l'année mais ça, ça reste anecdotique au vu de l'exploit du landais !

Exploit : en voilà un qualificatif qui a trouvé son rider cette année en la personne du jeune tahitien Matahi Drollet ! Agé seulement d'à peine 16 ans, le kid de Teahupo'o a décroché le titre de Tube of The Year avec son ride dans un véritable monstre de beauté et de perfection le 11 septembre 2014 en marge du tournage du film "Point Break 2" à Teahupo'o !! Ride hors norme, après avoir été tracté par un autre grand et respecté big wave rider qui n'est autre que son frère Manoa Drollet, qui assoit un peu plus encore la maitrise et l'engagement sans failles des tahitiens sur le plus beau slab de la planète bleue...

Une saison XXL qui se termine donc sur cette belle odeur de tiaré ... Tiaré posé fièrement sur l'oreille de Shane Dorian puisque pour le moment c'est bel et bien lui le Boss ...

Alo)(a

Romu

facebook.com/Romuald-Pliquet-Photograhy
instagram.com/romualdpliquet
www.romualdpliquet.com

Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez ici

Mots clés : xxl, big, wave, awards, ceremonie, resultats, shane, dorian | Ce contenu a été lu 4616 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
Alerte Houle | Le 27/09/2019
Classé en catégorie 4, cet ouragan évolue actuellement au large des côtes atlantiques.
XXL | Le 24/09/2019
Un retour sur toutes les étapes existentielles qui ont façonné le tempérament nerveux du chargeur basque.