SUP - La régulation du SUP sur les spots

Débat brûlant

- @oceansurfreport -

La bonne pratique du SUP et la cohabitation avec les autres disciplines (surf, body...) qui partagent le même terrain de jeu est un débat récurrent.

Toujours aux avant-postes du changement, la Californie du sud connait depuis quelques années une segmentation des spots et de nombreuses interdictions de pratique aux SUP sur des pics bien précis comme à Lower Trestles ou la plage principale de San Onofre, pour ne citer que les plus célèbres.

Cette régulation n'est pas forcément un fantasme ou loin de nos côtes puisque même au Pays Basque, certains reefs sont ''implicitement'' interdits aux SUP. Les Canaries possèdent également de nombreux spots réglementés tout comme l'Australie, la Nouvelle Zélande...

Cette réglementation fait parfois suite à des abus, de l'ignorance et une pratique irrespectueuse de certains SUP-riders trop gourmands envers le reste des pratiquants.

Le débat est loin d'être clos, et beaucoup peuvent se poser des questions comme : Si l'on a tellement envie d'aller sur un pic interdit au SUP, n'est-ce pas l'occasion de sortir sa planche de surf ? Quelle gène vais-je représenter en SUP pour les pratiquants déjà à l'eau ? Ai-je un intérêt à aller sur ce pic en SUP ? Existe-t-il sinon un pic alentour pour aller s'amuser en SUP ?

Pour les bilingues parmi vous, de nombreux SUP riders américains célèbres comme Laird Hamilton ou Colin Mc Phillips ont été interrogés il y a quelques temps sur le sujet et exposent dans cette vidéo leurs points de vue sur ce thème incontournable dans les années à venir.

Si vous ne visualisez pas la vidéo, cliquez ici

Source SupMag

 
Mots clés : regulation, sup, spots, opinions | Ce contenu a été lu 6801 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
agnes@regie24h00.com
Articles relatifs
SUP | Le 15/10/2019
Au total, plus de 200km parcourus, avec des rafales à 52 nœuds et des vagues de 4-5m.