XXL - Mavericks ou quand la persévérance paye

Qu'est ce qui pousse quelqu'un à droper un mur de plusieurs mètres ?

- @oceansurfreport -

Wilem Banks s'est attaqué à Mavericks pendant plusieurs années. En 2017, il s'y prend un wipeout (élu wipeout de l'année), qui en aurait sûrement refroidi plus d'un. Mais Wil n'est pas du genre à se refroidir, et il l'a prouvé au court des années qui ont suivies. Notamment en décembre 2020, où il a pris une bombe de plus de 5 mètres (et 20 secondes de période) sur le spot californien.

"Les grosses vagues me font me sentir vulnérable" confesse t-il dans cet edit, "quand tu rames sur une vague, tu es à la merci de l'océan". Pourquoi se mettre face à ce danger pourrait-on lui demander ? "Parce que ça vous fait vous sentir vivant" répondra t-il avec un soupçon de défi.

C'est avec cette détermination que le surfeur originaire de Santa Cruz s'élance sur des rides comme celui de 2021 ici en images, qui lui vaudra une nomination pour le Ride Of The Year aux Red Bull WSL Big Wave Awards, et un autre ride la même année pour lequel il sera nominé dans la catégorie "biggest paddle". 

Cette année 2021 sera ainsi l'exemple même que la persévérance paie, si l'on s'en donne les moyens. Wilem pourra être le premier à en attester. 

- Vidéo par Kyle Buthman - 

> Lire ou relire : Des chercheurs de dalles en Europe du Nord, avec Wilem Banks


    
Mots clés : wilem banks, mavericks, big wave, xxl, ride of the year, biggest paddle | Ce contenu a été lu 1827 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 21/06/2020
Les slabs peuvent se révéler divins lorsque les astres s'alignent, mais demeurent encore et toujours une science incertaine.
Région | Le 15/01/2022
Tout y est plus brut, mais cela n'empêche pas à certaines sessions d'être complètement épiques.
Interview | Le 25/12/2021
Le surfeur basque, parti en pèlerinage à Mavericks à l'hiver 2012, revient sur une performance qui s'inscrit dans la légende du surf de gros.